ESC RENNES SCHOOL OF BUSINESS

La Chambre de commerce et d’industrie de Rennes (les CCI, instituées par une loi de 1898, sont des établissements publics de l’Etat à caractère administratif) a fondé, en 1990, une ESC (Ecole supérieure de commerce). Il y a une quarantaine d’écoles de ce type en France et celle de Rennes est l’une des dernières à avoir vu le jour. Comme d’autres, à l’heure de la globalisation néolibérale et du mimétisme anglomaniaque, afin d’affirmer haut et fort sa vocation d’école internationale et afin que nul n’en doute dans le « village global« , elle a ajouté à son nom l’expression school of business et s’appelle désormais ESC Rennes school of business. Par la métaphore (trompeuse) du « village global » – énoncée pour la première fois en 1962 par le canadien Herbert Marshall McLuhan (1911-1980) et vulgarisée depuis par une « élite hors-sol déliée de tout enracinement » (Alain Finkielkraut), transnationale, mobile, entreprenante – la pensée dominante néolibérale veut, à la fois, signifier que le monde se réduit de plus en plus à un vaste marché unique, délégitimer les fonctions nationales de régulation et de transfert, annoncer l’inéluctable déclin du politique et des Etats, c’est-à-dire la nécessaire subordination croissante du pouvoir politique des temps anciens au pouvoir économique supranational de demain.

Par un article du quotidien Ouest-France (28/12/09) on a appris que cette école de commerce allait ouvrir une antenne au Maroc (à l’Université internationale de Rabat) pour anticiper une éventuelle baisse de ses effectifs (elle comptait à ses débuts de nombreux étudiants Chinois, mais ils sont désormais beaucoup moins nombreux car la Chine a développé ses propres écoles et universités nous explique-t-on). « Nous allons passer du stade d’école internationale au stade d’école globale » dit son directeur, « nous avons aujourd’hui 80 % de professeurs étrangers, ainsi qu’un tiers de nos élèves. Nos cours, eux, sont dispensés en anglais. » Grâce à cette présence dans un pays émergent, ajoute le directeur, « nous exportons un programme d’enseignement et de recherche éprouvé, nos professeurs, nos cours, nos diplômes« . On est bien certain, en tous les cas, que s’il est un enseignement que l’école n’entend pas exporter, c’est bien celui de la langue française (notons, à ce propos, que la moitié de la population marocaine est réputée francophone). Sur le site de l’école on peut pourtant lire : « nous sommes convaincus que le monde de demain sera encore plus global que celui d’aujourd’hui … C’est pourquoi, nous considérons qu’apprendre le management n’est possible qu’avec un apprentissage parallèle de la diversité du monde et des cultures régionales« . A croire, donc, que le plurilinguisme ne serait plus constitutif de la « diversité du monde« , que le français ne serait même plus l’attribut premier d’une « culture régionale« .

Pour ce très jeune établissement d’enseignement, comme pour d’autres du même type très probablement, le bilinguisme (français-anglais), tant vanté par les pouvoirs publics, est, déjà, manifestement dépassé. La langue française est carrément bannie. Il s’agit là encore d’une manifestation de ce renversement brutal, historique, de cette « rupture » parmi tant d’autres mais d’une portée considérable celle-ci, que j’évoquais dans un courriel du 28 juin dernier ( http://www.francophonie-avenir.com/Index_JPB_L’Institut-d’Etudes-Politiques-de-Paris-(IEP).htm) à propos de l’Institut d’Etudes de Paris (dont le directeur s’est du reste vu décerner récemment le Prix de la Carpette anglaise 2009) : l’inversion complète de la symbolique linguistique traditionnelle. Il ne s’agit plus, en effet, comme aux origines de la prestigieuse Ecole Libre des Sciences Politiques fondée en 1872 par Emile Boutmy, et pour longtemps, bien après sa transformation en établissement public (1945), d’ouvrir le monde (les étudiants étrangers) à la culture et à la langue française, mais, à l’inverse, au nom de la globalisation marchande, d’ouvrir au monde les étudiants français (et étrangers) par l’indispensable mise au rancart de la langue française. Ce qui, bien entendu, implique, dans le même temps, d’exonérer généreusement les non-francophones de tout apprentissage en la matière, qu’ils soient étudiants ou professeurs (les dirigeants économiques semblent ne pas avoir encore bien compris que, ce faisant, ils pourraient bien concéder à leurs concurrents anglophones de naissance un avantage considérable, voire décisif). Et que l’on ne vienne pas dire à ceux qui préconisent la mise au tombeau de la langue de François-René de Chateaubriand qu’ils condamnent au même sort la culture française. Ils répondront, sans rire, que celle-ci ne peut que progresser en influence si elle renonce à s’exprimer en français !

S’adresser à un interlocuteur étranger en français, même s’il a une bonne connaissance de notre langue, serait devenu un signe de médiocrité et de ringardise, le faire (ou essayer de le faire) en anglais celui de l’excellence et de la modernité. A la Libération (ordonnances du 26 août et du 26 décembre 1944) fut instituée l’incrimination dite alors d' »indignité nationale« . On dirait, aujourd’hui, décidément, que certains ont décrété « l’indignité internationale » à l’encontre de la langue française (comme, bien entendu, de toutes les langues nationales autres que l’anglais). Peu leur importe qu’à l’occasion du débat sur « l’identité nationale« , tous les sondages publiés ont montré qu’une très forte majorité de Français demeurait fort attachée à sa langue maternelle. Ils s’en moquent. Le peuple ne sait pas ce qui est bon pour lui, il ne peut qu’être dans l’erreur. Il n’est pas « ready for the future » (prêt pour le futur en français), comme le dit la nouvelle devise patronale du MEDEF (Mouvement des entreprises de France). C’est pourquoi, il appartient aux milieux d’affaires de l’éclairer et de le conduire, au besoin contre son gré, sur la voie de la mondialisation nécessairement « heureuse« . La stratégie de pouvoir et de domination est ici manifeste. Elle vise, en effet, clairement, à faire en sorte que tous ceux qui ne sauront s’exprimer que médiocrement en anglo-américain – ce qui sera, quoi qu’il advienne, pour très longtemps, le cas de la très grande majorité des Français (et en particulier des plus âgés d’entre eux) – soient bien convaincus de leur handicap et de leur infériorité et acceptent sans trop de protestation de faire les frais à l’avenir, en particulier dans le monde du travail, y compris sur leur propre sol, d’une forme nouvelle, sournoise, d’aliénation et de discrimination linguistique; de n’être, en somme, que les supplétifs de ceux qui savent (ou prétendent savoir).

L’école en question est privée, donc payante, certes, mais « reconnue par le Gouvernement français comme institution d’enseignement supérieur, certifiée pour délivrer le grade de Master« . Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche s’est-il seulement ému un tant soit peu de l’éviction de la langue française dans une école reconnue par lui, fût-elle à vocation commerciale et internationale ? Il y a de bonnes raisons de penser plutôt le contraire. La ministre concernée, Mme Valérie Pécresse, étant connue pour ses multiples déclarations relatives à la promotion de l’anglais au sein des universités françaises, ce qui lui valut, du reste, d’être, elle aussi, brillante lauréate du Prix de la Carpette anglaise en novembre 2008. Mais, avec l’essor du « turbo-capitalisme » et de la globalisation néolibérale, depuis longtemps déjà, le caractère de plus en plus artificiel de la distinction faite traditionnellement entre pouvoirs politique et économique n’est plus à démontrer. Pas plus que l’endogamie et la porosité qui existent désormais entre leurs « élites » dirigeantes respectives, comme en atteste leur parfaite interchangeabilité.

Jean-Pierre Busnel
jpabusnel@wanadoo.fr