CANADA VIE

Canada-Vie,
canindserv@canadalife.com
410 – 2001, rue Université
Montréal, Québec

Ayant eu affaire avec votre entreprise récemment, je désire, gens de la Canada-Vie, compagnie d’assurance, vous faire part de mon « sentiment » à votre égard.

Alors voici -.

Lorsque je me suis présenté aux locaux du 4e étage du 2001 de la rue Université, à Montréal, afin de régler une affaire, la dame à la réception m’a reçu tout spontanément… en anglais.

Également, lorsque je téléphonai au même endroit quelques jours auparavant (514-874-0662), je constatai que vous accordiez entière priorité à l’anglais sur le français dans vos communications téléphoniques avec la clientèle.

Or si j’étais entré en contact avec l’une ou l’autre de vos succursales hors Québec, j’aurais considéré le phénomène comme tout à fait normal. En revanche, que la « Canada-Vie » (et autres maisons d’Assurance, dont la « Great West », dans le giron de « Power Corporation ») s’adressât tout spontanément (et d’abord) en anglais à sa clientèle en territoire québécois constitue un comportement tout à fait inacceptable.

En conséquence veuillez considérer, gens de « Power Corporation » (propriété de la famille « québécoise » Paul Desmarais, comme de surcroît !), si j’avais pu me douter au départ que la « Canada-Vie » pourrait un jour – et ce, plus de trente ans après l’adoption de la Charte québécoise de la Langue française – démontrer un tel mépris à l’égard de la langue officielle du Québec, eh bien je n’aurais jamais fait affaire avec cette entreprise.

Et aujourd’hui, il est certain que je n’encouragerais (ni n’encouragerai) personne de mon milieu (famille, cercle d’amis, collègues de travail) à faire confiance à une firme qui – en plein coeur de la principale cité française de la Planète (hors Paris) – considère cette langue comme une langue… seconde.

Bien à vous,

Jean-Luc Gouin,
ce 27 janvier 2010