TORONTO-ISATION ET AMÉRICANISATION DE LA PUBLICITÉ AU QUÉBEC

La recrudescence d’annonces télévisées doublées de l’anglais est déplaisante et insultante.

Elles ont toujours existé, mais avec l’émergence d’un marché publicitaire distinct ici, il nous avait semblé que même les multinationales américaines avaient compris, et concevaient leurs campagnes ici, plutôt que de nous doubler leur publicités originales. Mais on en retrouve maintenant beaucoup, il me semble. Nous aurions même aperçu une annonce du gouvernement du Canada doublée, pour le programme de reçus fiscaux pour rénovation domiciliaire!

Or, avec la vente de la firme de publicité Cossette aux mains d’intérêts américains, on peut se questionner sur la capacité des campagnies d’ici de s’imposer d’elles-mêmes aux multinationales en question. Cet « angle » aurait été négligé dans nos médias, et pourtant, malgré des promesses du nouveau propriétaire qu’il ne touchera pas au côté « créatif », il y a lieu de craindre une toronto-isation, une américanisation comme dans bien des domaines.

Or, s’il est une vitrine culturelle de notre diversité, de notre vitalité française, c’est bien notre publicité originale en français. Et l’agence Cossette est un des fleurons de ce domaine. La pub québécoise fait aussi partie de ce qui nous garde français.

Le ministre du Patrimoine a le pouvoir de réviser des acquisitions étrangères dans des industries dites « culturelles ». Bien que le marché de la publicité n’entre pas en tant que tel dans ces industries, il est certainement possible de regarder en quoi elle pourrait l’être, s’il s’agit d’une vente d’une agence névralgique au profit d’intérêts étrangers.

Cela mériterait d’être exploré plus amplement! Voilà un beau sujet de recherche!

À lire sur le même sujet :
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/200911/10/01-920382-cossette-usa.php
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/200911/10/01-920251-vendue-pour-1315-millions-cossette-gardera-son-siege-social-a-quebec.php