SYNDROME DE « L’ANGLICIE »

Extrait du Figaro, http://www.lefigaro.fr

Claude Duneton

Si l’on parle anglais plutôt couramment, on change automatiquement de code lorsqu’on voyage ; et cela pour ainsi dire malgré soi. Quelque chose se produit dans la tête, un passage : les mots anglais viennent en avant lorsque nous quittons notre environnement familier. Les mots anglais prennent subrepticement le devant de la scène cérébrale sans que nous l’ayons voulu. Par exemple à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, si on parle assez bien anglais, on commence à lire mentalement le chiffre 1, one au lieu de «un», ou 33, thirty-three… Un réflexe conditionné ? Sans doute… C’est un effet des vitres, des grands panneaux, des comptoirs d’embarquement, des uniformes des compagnies aériennes, d’un bain général soutenu par l’anglais des haut-parleurs qui nous transporte ailleurs, nous glisse dans un sas pour la planète. On commence à penser Pariss’ en lisant le billet, alors que nous sommes encore à Paris ! C’est ainsi : le cerveau prend les ondes, il se place dans la « bonne » longueur. Entre Porte 72, et Gate 72, simultanément affichés, le cerveau choisit de lire gaïte séventy-two.

Le phénomène est anormal, probablement : il se produit si l’on est seul, évidemment, si l’on n’est pas lancé dans une conversation en français. Il arrive aux journalistes qui commencent leur mission, aux industriels qui travaillent à leur ordinaire en anglais, aux banquiers, aux boutiquiers chics, aux étudiants qui étudient ailleurs, aux hommes politiques qui se veulent sans frontières, aux voyageurs légers… Dans la queue d’embarquement, ça gazouille des langues différentes, ce qui dépayse nos méninges. Nous disons déjà Sorry à la dame dont nous avons heurté le talon par mégarde, au lieu de « Pardon » qui s’imposerait sur notre territoire. Et si on lui a marché douloureusement sur le pied, ce sera I am so sorry ! (« Je suis vraiment désolé »), même si la dame en question parle hindi, ou russe, ou Dieu (qui créa la tour de Babel) sait quoi…

Pour la suite :

http://www.lefigaro.fr/livres/2009/04/30/03005-20090430ARTFIG00346-syndrome-de-l-anglicie-.php