SOS RADIO-CANADA

Sans aucun doute, les coupures drastiques et irresponsables du gouvernement conservateur dans le financement de Radio-Canada fragiliseront davantage la francophonie et les cultures d’expression française. En agissant ainsi, le gouvernement du Canada met tout son poids en faveur de la défrancisation canadienne et québécoise et d’une plus forte américanisation des ondes.

À la lumière de la mission de la radio et de la télé publiques et de la situation particulière et précaire de la francophonie au Canada et en Amérique du Nord, nous étions en droit de nous attendre à une augmentation de l’appui gouvernemental et non à des compressions budgétaires sauvages.

Nous invitons la population à se mobiliser pour faire savoir à nos dirigeants que nous ne laisserons pas passer un tel affront, un tel manque de sensibilité et un tel geste qui vont à l’encontre de la volonté populaire et du bien commun.

Nous invitons les citoyens à communiquer avec leur député fédéral dont les adresses électroniques et numéros de téléphone figurent à la page http://webinfo.parl.gc.ca/MembersOfParliament/MainMPsCompleteList.aspx?TimePeriod=Current&Language=F pour lui faire connaître « clairement » leur opposition, et également à signer la pétition SOS Radio-Canada à l’adresse http://www.sosradiocanada.org

Jean-Paul Perreault
Président
Mouvement Impératif français
www.imperatif-francais.org

Ci-dessous des extraits d’articles publiés dans le site Web SOS Radio-Canada :

Le Québec parle d’une seule voix : l’Assemblée nationale se porte à la défense de Radio-Canada.

Le gouvernement Harper doit répondre au consensus !

11 juin 2009

Ce mardi, l’Assemblée nationale a adopté une motion unanime par laquelle elle appuie les groupes qui se portent à la défense de Radio-Canada, afin de lui permettre de remplir pleinement son mandat d’information régionale, nationale et internationale.

Fort de cet appui, SOS Radio-Canada dénonce à nouveau la volonté aveugle du gouvernement canadien de démanteler Radio-Canada, un outil essentiel à notre développement culturel et identitaire.

Le gouvernement canadien doit respecter les recommandations du Comité permanent de Patrimoine canadien. Il doit hausser de 33 à 40 $ par personne le financement de la Société Radio-Canada et rendre permanent l’actuel financement d’appoint de 60 M$ (…)

*****************

Un gouvernement au radicalisme suspect
9 juin 2009
par Pascale Bussière
porte-parole de SOS Radio-Canada

Suite aux récentes coupures que le gouvernement conservateur a imposées à notre radio-diffuseur public, et en réaction aux menaces de privatisation qu’il lui laisse maintenant entrevoir, je me joins au mouvement S.O.S Radio-Canada pour manifester contre ce radicalisme suspect.

Pour la majorité d’entre nous, Radio-Canada représente le siège privilégié de notre culture, de notre voix aux multiples accents. Une société d’État qui assume depuis près de quatre-vingt-dix ans son mandat avec pertinence, rigueur et intelligence, avec audace et créativité.

Comme beaucoup d’entre nous, j’ai grandi avec Radio-Canada et je suis encore aujourd’hui «branchée» sur l’une ou l’autre de ses multiples plates-formes pour m’informer, pour m’instruire et me divertir. C’est une source vive à laquelle je m’abreuve quotidiennement (…)

************

Radio-Canada serait-elle à vendre ?
3 juin 2009

Hier, les médias du groupe CanWest laissaient entendre que le gouvernement Harper envisageait de privatiser Radio-Canada, tout comme huit autres sociétés de la Couronne. Cette évaluation s’inscrit dans un processus de révision des actifs du gouvernement fédéral en fonction de leur efficacité, de leur viabilité et de leur soi-disant pertinence. Ce processus figurait au dernier budget, mais a été amorcé à l’automne dernier. De plus, une note de «breffage» du Ministère des Finances, datée du 2 décembre 2008, confirme qu’Ottawa entend considérer la privatisation de certaines sociétés de la Couronne.

Un sondage réalisé en mai 2009 par Pollara, pour le compte des Amis de la CBC, révèle que les Québécois ne sont pas dupes : 70 % d’entre eux, comparativement à 63 % au pays, jugent Stephen Harper hostile envers Radio-Canada et enclin à réduire le rôle de la radiodiffusion publique ; 54 % estime qu’il a des intentions cachées en faveur des radiodiffuseurs privés ; 73 % jugent que le niveau de financement de la radiodiffusion publique est une indication du traitement que le gouvernement fédéral réserve à la culture québécoise ; 71 % estiment que le financement est inadéquat et 65 % des Québécois sont en désaccord avec la privatisation de Radio-Canada.

L’intérêt des Conservateurs pour la privatisation de Radio-Canada n’est cependant pas nouveau. Ceux-ci ont plusieurs fois fait part, publiquement, de leur intention d’en arriver à cette solution (…)

L’Union des artistes saute dans l’arène !

Par la voie d’un communiqué, l’UDA souligne combien Radio-Canada est un outil de développement économique et culturel du Québec et joint sa voix à celle de notre mouvement. Elle estime qu’il serait dangereux, voire irresponsable, de ne pas venir en aide au radiodiffuseur public et de ne pas tenir compte des recommandations du Comité permanent de Patrimoine canadien. Rappelons que celui-ci recommandait pour Radio-Canada un financement stable sur 7 ans, faisant ainsi passer la contribution annuelle de chaque Canadien de 33 à 40 $ stabilisant ainsi un financement d’appoint de 60 M$, qui était renouvelé annuellement sur des bases discrétionnaires.

Mobilisons-nous !

Comme vous le constaterez nous avons mis en ligne une pétition pour dénoncer la volonté du gouvernement canadien de démanteler la Société Radio-Canada, un outil essentiel à notre développement culturel et identitaire.

SOS Radio-Canada invite tous les organismes, les municipalités du Québec, les élus, les entreprises et les associations qui saisissent la valeur culturelle, économique et sociale de Radio-Canada au Québec à emboîter le pas à l’UDA et à faire valoir leur vision par le biais d’un appui public et de lettres ouvertes. (…)

****************************

Adresses utiles :

Monsieur Stephen Harper
Premier ministre du Canada
HarpeS@parl.gc.ca

Monsieur James Moore
Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles
MooreJ@parl.gc.ca

P.-S. Une grande diffusion de ce courriel serait appréciée.