MOUVEMENT MONTÉRÉGIE FRANÇAIS

Lancement du Mouvement Montérégie français : non au jugement de la Cour suprême invalidant la Loi 104!

Lancement MMFMontréal, le 29 novembre — C’est devant une salle bondée du Motel Royal La Barre de Longueuil qu’a eu lieu aujourd’hui le lancement officiel du Mouvement Montérégie français (MMgieF), organisme dont la mission est axée sur la défense et la promotion du français en Montérégie, l’accueil et la francisation des nouveaux arrivants ainsi que la mobilisation de la population face aux enjeux linguistiques actuels.

L’événement constituait également la deuxième phase de la campagne initiée par le Mouvement Montréal français et la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal contre le jugement rendu par la Cour suprême qui invalidait la constitutionnalité de la Loi 104.

L’écrivain longueuillois et porte-parole du MMgieF, Yves Beauchemin a prononcé la première allocution devant la foule enthousiaste qui comptait près de 400 personnes. Dressant le triste portrait d’une population francophone en déclin en Ontario, il a fait le parallèle avec Montréal et ses environs. Rappelant la vulnérabilité du français, il déclare : « Notre langue nous appartient, mais on veut nous l’enlever. Pas par méchanceté, mais au profit d’un Canada uni à tout prix. Et ce prix, c’est nous qui le paierons. »

Luce Cloutier, membre fondatrice du nouveau Mouvement, a par la suite fait la lecture du manifeste préparé pour l’occasion. Sur un ton énergique, elle proclame : « Nous voulons une administration publique qui fonctionne en français et reflète le fait que le français est la langue officielle et la langue commune de la vie publique. L’usage du français fait partie des obligations générales de l’État et de ses institutions publiques, des citoyennes et des citoyens pour assurer la cohérence et le bon fonctionnement de la société ainsi qu’une meilleure égalité des chances. »

C’est sous le thème de la cohésion sociale et du respect de la diversité qu’ont ensuite pris la parole Maria Mourani, du Bloc Québécois, et Pierre Curzi, député du Parti Québécois. Mme Mourani s’est adressée à l’auditoire avec un discours rassembleur : « Le peuple fondateur du Québec de demain, ce sera nous tous, les Québécois d’origine et les nouveaux arrivants ». Dans la même veine, M. Curzi y est allé d’une sortie véhémente contre les détracteurs de la défense du français : « Nous ne sommes ni racistes, ni xénophobes », rappelant qu’il était lui-même fils d’immigrant. Soulignant par la suite devant un auditoire électrisé la gravité du jugement de la Cour suprême, il ajoute que ce genre de décisions crée « une petite brèche dans laquelle va s’engouffrer un torrent. »

Le président de la Société St-Jean-Baptiste de Montréal, Mario Beaulieu, s’est également exprimé avec énergie sur le fait français, martelant sans détour que « le gouvernement Charest fait un travail de sape du français. » Dans cette optique, il a mis l’accent sur la nécessité de mobiliser l’ensemble des Québécois dans la lutte pour l’avenir du français sur leur territoire en créant le Mouvement Québec français.

La foule a réservé un accueil chaleureux au dernier invité d’honneur à l’événement, mais non le moindre : M. Bernard Landry. Ce dernier s’est adressé avec chaleur à l’auditoire, les encourageant à poursuivre la lutte sans crainte ni remords, car « il s’agit d’un devoir civique et d’une grande qualité humaine que de défendre sa patrie ». Insistant sur l’importance de la diversité culturelle et du respect des peuples et de leurs langues, il rappelle qu’« une langue qui disparaît, c’est un recul pour l’humanité entière. »