L’OFFICE QUÉBÉCOIS DE LA LANGUE FRANÇAISE

Dans la nouvelle suivante diffusée par Radio-Canada, il y a une phrase qui irrite tous ceux et celles qui ont comme préoccupation de promouvoir un environnement linguistique en français au Québec et cette phrase vient du « porte-parole » de l’Office québécois de la langue française (OQLF) : « Le porte-parole de l’Office québécois de la langue française, Martin Bergeron, précise toutefois que la loi prévoit certaines exceptions, notamment si la marque de commerce d’un produit n’a pas été enregistrée en français. »

Avez-vous remarqué que depuis quelques années l’OQLF ne rate jamais une occasion de faire la promotion de l’anglais ou encore de se déclarer impuissant!

Le « porte-parole » de l’OQLF n’aurait-il pas pu dire que les entreprises soucieuses de protéger notre environnement linguistique et de développer de bonnes relations avec le milieu et leur clientèle optent pour des noms, des publicités, des slogans en français. Non, il préfère leur dire, de surcroît par média interposé question de rejoindre le plus de monde possible, comment contourner la Charte de la langue française ou encore il pousse l’injure plus loin : il s’appuie sur la Charte de la langue française pour justifier leur décision de ne pas nous respecter!

Saviez-vous que dans ce cas-ci l’entreprise en cause, Rage Beverages inc., dont l’adresse est de surcroît au Québec, s’affiche sur le Web uniquement en anglais ( http://www.rageliquidenergy.com ).

Pas un mot de l’OQLF à ce sujet!

Ces situations où l’OQLF devient le promoteur de l’anglicisation du Québec ne sont plus rares. Par exemple, vous déposez une plainte à l’OQLF parce que votre droit de travailler en français n’est pas respecté ou votre droit d’être reçu et servi en français n’a pas été respecté dans tel établissement, il vous répondra qu’il ne peut rien faire ou l’équivalent.

Vous déposez une plainte à l’OQLF concernant l’affichage, l’absence de français dans les sites Web…. Il vous enverra un accusé de réception, mais plusieurs mois après vous ne saurez toujours pas si la siuation est résolue.

Plusieurs personnes se découragent – c’est à se demander parfois si ce n’est pas ce qu’ils veulent – devant l’inefficacité grandissante de l’OQLF et de la Charte de la langue française et l’absence de volonté politique de corriger la situation. Même les bureaux du gouvernement du Québec ne respectent pas la Politique gouvernementale relative à l’emploi et à la qualité de la langue française dans l’Administration.

Assez, c’est assez! Nous invitons la population à ne pas se laisser décourager par le discours anglicisant ou d’impuissance de l’OQLF et par la complicité gouvernementale dans l’anglicisation du Québec, mais plutôt de redoubler d’effort en exigeant des politiciens, du gouvernement et de son Office qu’ils retrouvent le goût du Québec, de son histoire, de sa différence, de son identité, de sa langue, de sa culture, de son appartenance à la francophonie.

Assez, c’est assez!

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications

Nouvelle extraite du site de Radio-Canada :
http://www.radio-canada.ca/regions/estrie/2009/02/27/001-publicite-anglais-sherbrooke.shtml

Des panneaux publicitaires sèment la controverse à Sherbrooke. L’entreprise Rage Beverages fait la promotion de sa boisson énergisante avec un slogan rédigé uniquement en anglais. Une plainte a été adressée à l’Office
québécois de la langue française.

Selon le président du Mouvement estrien pour le français, Jacques Poisson, il est déplorable que l’affiche ne contienne aucun mot en français.

En vertu de la loi québécoise, le français doit être nettement prédominant sur l’affichage. Le porte-parole de l’Office québécois de la langue française, Martin Bergeron, précise toutefois que la loi prévoit certaines exceptions, notamment si la marque de commerce d’un produit n’a pas été enregistrée en français.

De son côté, l’entreprise Rage Beverages estime qu’elle ne viole pas la loi puisque son slogan publicitaire est enregistré en anglais uniquement. Selon le président de Rage Beverages, Michel Myara, l’entreprise n’a pas l’intention de retirer sa campagne publicitaire à Sherbrooke, à moins qu’elle en soit contrainte par l’Office de la langue française.

Une entreprise qui viole la loi sur l’affichage s’expose à une amende variant de 500 à 1400 $.

Adresses utiles :
http://www.rageliquidenergy.com
Vous trouverez à cette adresse http://www.rageliquidenergy.com en bas de page le lien « Contact us » que nous vous invitons à utiliser pour leur communiquer vos commentaires sur leur manque de respect aux Québécois.

Office québécois de la langue française : france.boucher@oqlf.gouv.qc.ca

Secrétariat à la politique linguistique : info@spl.gouv.qc.ca