LOBLAWS ET SES PRATIQUES LINGUISTIQUES

Message adressé à l’OQLF :

La Loi 101 n’est pas le modèle linguistique de société que nous voulons. La loi n’expose que les minimums en bas desquels le législateur peut intervenir.

Exiger le respect « des minimums » de la Loi 101, dans le cas des établissements Loblaws du Québec, est nettement insuffisant. Nous devons obtenir qu’il sollicite et serve le Québec dans sa seule langue nationale, le français, comme il le fait uniquement en anglais au Canada anglais.

Il faut aussi comprendre que c’est aussi respecter la Charte de la langue française que d’avoir une mise en marché uniquement en français au Québec, que rien ne l’interdit, que c’est même permis et que c’est aussi parfaitement légal! Bref, que c’est tout simplement normal.

Demandons donc à Loblaws qu’il cesse ses pratiques du type « deux poids, deux mesures ».

Jean-Paul Perreault
Président

Nouvelle extraite du site Web de Radio-Canada le jeudi 17 septembre 2009 à 18 h 21 :

Diffusion de publicités bilingues chez Loblaws

L’entreprise se conformera à la loi

La direction de Provigo, propriétaire de la bannière Loblaws, entend modifier rapidement les publicités audio bilingues diffusées dans son supermarché de Magog. L’entreprise a fait savoir, jeudi, qu’elle se soumettra aux recommandations qui lui seront faites au cours des prochains jours par l’Office québécois de la langue française (OQLF).

Mercredi, Radio-Canada révélait que des publicités étaient diffusées dans une proportion équivalente en anglais et en français à l’intérieur du supermarché Loblaws de Magog. Selon l’OQLF, cette pratique contrevient à la Charte de la langue française, puisque le français doit prédominer dans ce genre de publicités.

Cette décision réjouit Monique Allard, une résidente de Magog membre du Mouvement estrien pour le français, qui avait écrit à Loblaws pour se plaindre de la situation.

Selon le porte-parole de l’OQLF, Martin Bergeron, les commerces ont toutefois l’habitude de bien collaborer lorsqu’ils sont mis au fait de la situation. « Le taux de succès, si on peut dire, est de 98 %. Seulement 2 % des plaintes reçues sont transmises au procureur général », précise-t-il.

Malgré tout, la direction de Loblaws conservera des publicités en anglais pour satisfaire sa clientèle anglophone. « Magog, ça se situe dans une région touristique, où il y a énormément de gens, de touristes anglophones en plus de la population anglophone. C’est ce pourquoi on a une approche bilingue avec la clientèle », fait valoir la directrice aux affaires de l’entreprise chez Provigo, Josée Bédard.