LA FRANCOPHONIE

Extrait du site de Radio-Canada

Le secrétaire général de la Francophonie déplore l’utilisation de l’anglais, par ses propres membres, dans les organisations internationales.

Malgré les engagements des pays membres de la Francophonie à promouvoir la langue française, Abdou Diouf regrette que des représentants choisissent de s’exprimer en anglais « quand rien, ni personne, ne les oblige ».

Lors d’une allocution sur l’avenir de la Francophonie organisée par le Conseil des relations internationales de Montréal, M. Diouf a rappelé que malgré l’adoption unanime, en 2006, d’un Vade-mecum sur l’utilisation du français dans les organisations internationales, certains membres de la Francophonie ne respectent pas leurs engagements.

« Il faut avoir le courage de dire, entre nous, que tous les représentants ou fonctionnaires de nos pays membres en poste dans les organisations internationales ne jouent pas le jeu, et qu’ils sont nombreux à choisir de s’exprimer en anglais quand rien, ni personne ne les oblige. » (Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie)

À Bucarest en 2006, les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’OIF se sont engagés à s’exprimer en français dans les organisations internationales et régionales qui le permettent, à moins qu’ils puissent s’exprimer dans leur(s) langue(s) nationale(s).

Au Sommet de Québec, les membres de la Francophonie ont réitéré leur volonté de valoriser la langue française.

Pour la suite :
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2009/03/25/007-francophonie_Diouf_Montreal.shtml