J’AI MAL À MON FRANÇAIS

Extrait de Canoë

Ça fait une semaine que je ne décolère pas. Et je vous en parle parce que je sais que ça va me faire du bien de me défouler….

Dimanche après-midi, boulevard Saint-Laurent. Un nouveau commerce vient d’ouvrir sur cette rue branchée. Un concept sympa: un bar à ongles où on peut s’offrir une manucure ou une pédicure en regardant un épisode de Sexe à New York sur une télé à écran plat. Intriguée, alléchée (et les ongles en très piteux état) je rentre dans la boutique, malgré le fait que les affiches en vitrine soient uniquement en anglais.

La propriétaire me reçoit par un joyeux « Hi, may I help you? ». Chouette, elle me prend pour une touriste américaine en visite (peut-être même qu’à force de boire des Cosmo toute la journée elle me prendra pour Carrie Bradshaw en personne). C’est pas grave, je continue : « Je voudrais une manucure et une pédicure». « Oh, I’m sorry I don’t speak french. » Tu parles qu’elle était désolée. Mais pas autant que moi. Je lui ai expliquée calmement qu’elle venait de perdre une très lucrative clientèle (ben oui, j’y aurais amené toutes mes copines) parce qu’il était hors de question que je donne un sous à un commerce où on ne peut pas me servir en français, dans une ville francophone, dans une province francophone!

Pour la suite :

http://www.24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/icichroniques/sophiedurocher/archives/2009/08/20090812-171450.html