IMPÉRIALISME CANADIEN : LA COUR SUPRÊME DU CANADA CONTRE LE QUÉBEC

Le temps d’agir!

Dans le cadre de la campagne de protestation que nous avons lancée, il y a quelques jours, laquelle a reçu, le lundi 16 novembre, un vaste appui populaire au cours d’un grand rassemblement citoyen qui réunissait des centaines de citoyens en colère, nous vous invitons à vous saisir des deux lettres, ci-dessous, pour exprimer cette colère aux premiers ministres québécois et fédéral, aux chefs des diverses formations politiques et aux autres députés québécois et fédéraux.

Trop c’est trop! Ceux-ci et celles-ci apprendront, grâce à vous, que les Québécois(es) n’acceptent pas et n’accepteront jamais de se faire imposer des règles par une autre nation.

Vous pouvez, si vous le désirez, ajouter à ces deux lettres ou encore les modifier comme bon vous semble. L’important étant de vous exprimer haut et fort. Vous trouverez à la fin de ce courriel des adresses électroniques « intéressantes » et des hyperliens qui vous conduiront aux adresses électroniques des députés québécois et fédéraux que nous vous invitons à utiliser abondamment. Dans ce domaine, la modération n’a pas meilleur goût! Démocratie oblige!

La démocratie repose sur la liberté d’expression. À vos claviers!

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français

Lettre aux députés provinciaux :

Députées et députés de l’Assemblée nationale,

La Cour suprême du Canada vient de rendre son jugement sur la Loi 104 relativement aux écoles passerelles permettant l’accès aux écoles anglaises. Je tiens à dénoncer avec vigueur ce jugement, un énième qui s’inscrit dans la longue série de jugements-démolitions émanant de cette institution. Alors que le français devrait être protégé partout au Canada, y compris au Québec, tout ce qu’a trouvé la Cour suprême a été d’affaiblir encore une fois ce qui reste de la Charte de la langue française et de remettre encore et encore le Québec sur la voie d’affrontements entre de puissants groupes financés par le gouvernement fédéral et une communauté francophone qui, même solidaire, demeure minoritaire au sein de ce pays.

Par conséquent, je demande que le gouvernement actuel ne cède pas à ces nouveaux coups de butoir et fasse tout en son pouvoir pour empêcher que la brèche ne s’élargisse et ne devienne un gouffre béant. Ainsi, pour mettre fin à ces interminables querelles, je préconise dans un premier temps l’application de la loi 101 aux écoles non subventionnées. Conscient que le Québec ne peut reculer davantage sans mettre en danger sa survie même, je recommande également que le gouvernement du Québec étende sans plus attendre les dispositions de la loi 101 relativement à l’accès aux institutions d’enseignement de langue française aux institutions collégiales. Sans plus tarder, un rééquilibrage du financement des institutions universitaires devrait également être entrepris par souci de justice envers les francophones.

Espérant voir chacun des députées et députés de notre Assemblée nationale défendre avec courage et énergie notre héritage et notre langue, veuillez accepter, mesdames et messieurs, ces modestes mais primordiales attentes.

Mme X ou M. X,

Citoyenne ou citoyen québécois


Lettre aux députés fédéraux :

Députées et députés de la Chambre des communes,

La Cour suprême du Canada vient de rendre son jugement sur la Loi 104 relativement aux écoles passerelles permettant l’accès aux écoles anglaises. Je tiens à dénoncer avec vigueur ce jugement, un énième qui s’inscrit dans la longue série de jugements-démolitions émanant de cette institution. Alors que le français devrait être protégé partout au Canada, y compris au Québec, tout ce qu’a trouvé la Cour suprême a été d’affaiblir encore une fois ce qui reste de la Charte de la langue française et de remettre encore et encore le Québec sur la voie d’affrontements entre de puissants groupes financés par le gouvernement fédéral et une communauté francophone qui, même solidaire, demeure minoritaire au sein de ce pays.

Par conséquent, je demande au gouvernement fédéral actuel de concrétiser son adhésion à la reconnaissance de la nation québécoise et au droit à l’autodétermination qui l’accompagne et qu’il reconnaisse la nécessité absolue de protéger le français même au Québec. Je formule des attentes équivalentes à l’endroit de l’ensemble des partis politiques du Canada anglais. Par ailleurs, je demande à l’ensemble des députés du Québec qu’ils se fassent les ambassadeurs de la nation et qu’ils expliquent sans relâche la situation fragile du français au Québec et la nécessité d’agir afin de protéger l’avenir de cette langue et de la communauté qui la parle. Aux députés du Bloc québécois, le citoyen que je suis rappelle que la lutte pour l’indépendance ne doit pas occulter la lutte pour la protection de la langue française. Je souhaite à cet égard que les députées et députés du Bloc québécois se chargent de rappeler sans cesse au gouvernement fédéral et aux autres partis fédéraux que notre nation ne saurait céder aux diktats d’une autre nation sur des sujets aussi vitaux pour les Québécois.

Espérant vous voir tous et chacun comprendre qu’il est naturel et vital pour notre nation d’assurer son avenir, veuillez accepter, mesdames, messieurs, l’expression de ma volonté déterminée et persévérante.

Mme X ou M. X,

Citoyenne ou citoyen québécois


Adresses utiles :

Chambre des Communes :

Monsieur Stephen Harper
Premier ministre
HarpeS@parl.gc.ca

Monsieur Michael Ignatieff
Chef du Parti libéral
IgnatM@parl.gc.ca

Monsieur Gilles Duceppe
Chef du Bloc québécois
DucepG@parl.gc.ca

Monsieur Jack Layton
Chef du NPD
LaytoJ@parl.gc.ca

Vous trouverez aussi à l’adresse http://webinfo.parl.gc.ca/MembersOfParliament/MainMPsCompleteList.aspx?TimePeriod=Current&Language=F les adresses électroniques des autres députés et ministres fédéraux que nous vous invitons à utiliser abondamment pour exprimer votre mécontentement.

Assemblée nationale :

Monsieur Jean Charest
Premier ministre
www.premier-ministre.gouv.qc.ca/premier-ministre/nous-joindre/nous-joindre.shtml

Madame Pauline Marois
Chef de l’opposition officielle
pauline.marois@assnat.qc.ca

Monsieur François Bonnardel
ADQ
fbonnardel-shef@assnat.qc.ca

Monsieur Amir Khadir
Québec solidaire
akhadir-merc@assnat.qc.ca

Et à l’adresse suivante les noms et adresses des autres député(e)s québécois : http://www.assnat.qc.ca/fra/Membres/deputes.shtml#khaa1

Source :

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications
Tél. : 819 684-8460
www.imperatif-francais.org
Imperatif@imperatif-francais.org