HUMILIER LES VAINCUS

À propos de la commémoration – à payer par les participants – de la défaite des plaines d’Abraham (1759)

À quand une Kommémoration de la déportation des Acadiens par l’Obersturmführer Monckton avec animation « cool » du genre « Les hommes à droite, les femmes et les enfants à gauche » ? C’est très anglo-saxon, cet acharnement à humilier les vaincus et à pourrir l’esprit de leur descendants, tels les Irlandais du Nord qui doivent subir tous les ans l’infâme défilé orangiste commémorant la défaite de la Boyne (depuis 1690 !…) et -implicitement- tous les effroyables malheurs qui ont suivi… Dans cet esprit, dans un pays volé à d’autres, continuer à appeler la capitale du nom de leur bourreau témoigne du même mépris illimité.

Alors, plutôt que de s’attaquer aux enfants, quand donc les anglophones se poseront la question de débaptiser la ville de Monckton pour lui redonner son vrai nom (Le Coude, Terre-Rouge ou encore La Chapelle) ?

Heureusement que vous ne vous laissez pas faire : par contre, en France, en 2005, nous n’avons rien trouvé de mieux que d’envoyer le porte-avions Charles De Gaulle (!!!) participer à la commémoration de notre catastrophique défaite de Trafalgar (1805)… et (quasiment) personne n’a réagi. « Peu à peu nous prenons l’habitude du recul et de l’humiliation, à ce point qu’elle nous devient une seconde nature. » (Charles De Gaulle : propos tenus sur la situation de la France en 1939)

Au passage, merci aux Québécois et Acadiens de leur défense dynamique et créative de la langue française : parce que s’il fallait seulement compter sur les Français emmenés par leur président étasunolâtre… Un mot symbolise tout : pour traduire « e-mail », les Québécois ont vite trouvé l’excellentissime « courriel » qui est de plus en plus employé, même en France, alors que l’administration française a péniblement accouché du pitoyable

« mél », mort-né de ridicule et d’indifférence…

François GRIESMAR
Citoyen français résidant à Genève