FRANCISATION DU JEU VIDÉO

Extrait d’un article de Pierre Asselin du journal Le Soleil du 15 septembre 2009

(Québec) Près de 90 % des jeux vidéo vendus au Québec sont aujourd’hui offerts avec une version française. L’Office québécois de la langue française (OQLF) a remporté son pari pour la francisation de cette industrie, mais l’organisme est malgré tout jugé trop clément par l’organisme Impératif français. (…)

Ce dossier remonte à 2006, quand l’organisme Impératif français avait déposé des milliers de plaintes, portant surtout sur les jeux vidéo, mais aussi sur les sites Web unilingues anglais d’entreprises québécoises, sur des appareils électroménagers et aussi des automobiles ne comportant pas d’indications françaises.

Impératif français critique

Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français, dit attendre encore des résultats de ces autres plaintes. Il critique par ailleurs sévèrement l’Office, qui évite selon lui de punir les contraventions à la Charte de la langue française.

(…)

Le nombre d’amendes imposées pour des dérogations a ainsi fondu entre 2005 et aujourd’hui. On dénombrait 154 amendes d’un montant allant de 500 $ à 5000 $ en 2005. Deux ans plus tard, en 2007, l’Office imposait 58 amendes, de 500 $ à 2500 $; l’année dernière, 12 amendes allant de 500 $ à 700 $; et cette année, une seule amende de 500 $ a été imposée jusqu’ici.

Par ailleurs, 251 dossiers avaient été référés au procureur général en 2005, contre seulement 53 dossiers en 2008.

Pour la suite :

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/affaires/jeux-et-logiciels/200909/14/01-901781-francisation-reussie-du-jeu-video.php