FONDATION KASTLER

Il me vient d’emblée une suggestion – gens de la Fondation Kastler, M. Antony Mauvais en particulier -, une seule : cesser, au sein de ce milieu de recherche français, de considérer la langue française comme une langue seconde.

Quand celle-ci, n’est-ce pas, ne se voit pas carrément éradiquée. Ainsi que le révèle votre Table of contents présentée ci-contre.

Une fois ce respect de soi retrouvé, ou rétabli, au sein de la communauté pensante (si tant est qu’il ne soit déjà trop tard), vous recouvrerez la crédibilité intellectuelle nécessaire, et pour tout dire vitale, dans le cadre de vos démarches auprès des chercheurs, intellectuels et enseignants que vous cherchez à joindre, voire, en quelque manière, à fédérer.

Autrement la France ne se réduira bientôt plus (si ce n’est déjà fait) qu’à l’ombre courte de son propre ridicule. Lequel s’incarne tout singulièrement dans cette attitude surréaliste et combien peu cartésienne – et de plus en plus marquée depuis maintenant une génération complète (depuis la disparition d’un certain Charles, pour tout dire) – en vertu (et quelle vertu !) de laquelle elle procède d’abord (sinon exclusivement) en anglais à la promotion et à la diffusion de la culture et du savoir d’expression française…

Or pour ma part, outre la France (nation autrefois colonialiste qui plus est), je ne parviens pas à identifier dans l’histoire moderne des peuples et des nations un seul pays à ce point farouchement enclin à la promotion – énergique – de son propre néantissement.

Assisterions-nous là, pénétrant en quelque sorte à leur insu presque tous les esprits de la République, comme à la réfraction mentale d’un parfum de « nostalgie » d’Occupation…? Fût-ce, et d’ailleurs plus homicidaire que toute autre (« La perte de l’âme est indolore », écrivait le résistant Gustave Thibon), celle du territoire de l’esprit, de la culture, de la langue. De son être-propre enfin.

Bref, et en un mot : La France – ou le premier, le plus formidable et le plus puissant frein à la francité internationale.

Alors sans plus attendre, une question-mystère :

Pourquoi la France (et entraînant du coup la Francophonie mondiale, dont la Belgique et la Suisse au premier chef, dans son sillage strangulatoire) – cette seconde patrie des Québécois que j’aurai tant aimée, et dont le Président vient tout juste, comme pour ajouter l’insulte à l’injure *, de déconsidérer le noble, pacifique et combien démocratique projet d’Indépendance dans l’enceinte même de notre Assemblée nationale !) – travaille-t-elle ainsi, avec tant d’acharnement, à sa propre pulvérisation…?

Y aura-t-il chez vous, avant qu’il ne soit définitivement trop tard (il est moins trente, secondes), un Durkheim, un Aron, un Bourdieu ou un Lyotard (pour Touraine, n’y pensons plus : le virus l’a aussi atteint) pour plancher sur la question ?

Bien cordialement à vous,

Jean-Luc Gouin
Ph.D., chercheur, auteur
de Québec à Paris, et retour (empressé)
(Coordonnées personnelles sur requête)

ce 28 juillet 2009

* http://lequebecetlafrancite.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/03/09/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-francaise.html


De : Traces! <traces@fnak.fr>
À : traces@ciup.org
Envoyé le : mardi 28 juillet 2009, 05 h 32 min 35 s
Objet : [traces] CNRS International Magazine n°14

Dear Colleague,

The Kastler Foundation (FnAK) is aiming at facilitating the visits of foreign scientists to France, as well as maintaining contact with them following their return home.

In partnership with the CNRS, a French government-funded research organisation which is the largest research organization in Europe carrying out research in all fields of knowledge, FnAK is happy to communicate you the CNRS international magazine n°14 (table of contents below), which we invite you to discover and to download (http://www2.cnrs.fr/en/1472.htm).

Dr Antony Mauvais, www.fnak.fr

Cher Collègue,

La Fondation Kastler (FnAK) cherche à améliorer les conditions d’accueil en France des chercheurs et enseignants-chercheurs étrangers et à maintenir le contact avec eux après leur retour dans leur pays.

En partenariat avec le CNRS, organisme de recherche français et plus gros organisme de recherche en Europe qui exerce son activité dans tous les champs de la connaissance, la FnAK est heureuse de vous communiquer le CNRS international magazine n°14 (sommaire ci-dessous), que nous vous invitons à découvrir et à télécharger (http://www2.cnrs.fr/en/1472.htm).


Table of contents – No.14 – July 2009 – The Mysteries of the Universe


COVER STORY
The Mysteries of the Universe

EDITORIAL
Universal Research

FRENCH RESEARCH NEWS
Awards

LIVE FROM THE LABS
LAAS Looks Ahead
A Spray to Refine Petroleum
Emperor Penguins : Extinct by 2100 ?
Atmospheric Dunes
Neanderthal Subgroups
Scans in a Second
Life in the Depths
Neutralizing Alzheimer’s APP Receptor
The Advantages of Youth
Boom and Bust in the Amazon
Overcoming Resistance
Improving Climate Model Reliability
Tracking Turtles
Making Noise about Gene Silencing
Awards
In brief

IN IMAGES
Shielded treasures

AROUND THE WORLD
Breaking Language Barriers
Creating a Scientific « Entente Amicale »
Mihai Barboiu
Working in a french lab, practical information
Grants/Fellowships

INNOVATION
Decoy’ Drugs to Fight Cancer

CNRS NEWSWIRE
Job Well Done
Mines Under Surveillance
New Agreement with Bayer Cropscience
Endangered Languages
International cooperation
Books
In brief
CNRS in Brief

AMAZING IMAGES
Fibers Across the Brain

CNRS OFFICES ABROAD
Offices abroad


To unsubscribe: send the message SIGnoff traces to sympa@ciup.org
Pour vous désabonner : envoyer le message SIGnoff traces à sympa@ciup.org