QUÉBEC DISSIMULE LES STATISTIQUES

Extrait d’un article de la Presse canadienne publié dans La Presse du mercredi 23 janvier 2008
http://www.cyberpresse.ca/article/20080123/CPACTUALITES/80123292/6488/CPACTUALITES

Français: Québec dissimule des statistiques

Denis Lessard, La Presse

Depuis près de deux ans, le gouvernement Charest retient une étude dévastatrice qui constatait, avant que ne l’annonce Statistique Canada en décembre dernier, que les citoyens de langue maternelle française sont devenus minoritaires dans l’île de Montréal.

L’anglicisation chez les allophones a fait des progrès inattendus depuis 10 ans, et la toute récente décision d’augmenter à 55 000 par année le nombre des nouveaux arrivants ne fera qu’accélérer le processus, dit cette étude.

Son auteur, le démographe Marc Termote, en a ras le bol et dit observer « une paranoïa évidente » au gouvernement et à l’Office de la langue devant ses conclusions touchant les perspectives à long terme du français au Québec. Des constats qui, politiquement, sont délicats à expliquer.

Sur la base de la langue d’usage à la maison, le spécialiste observe « qu’il y a une baisse du français ». « Tous les facteurs démographiques jouent contre le français » résume-t-il, soulignant qu’il avait, un an avant Statistique Canada, observé que les francophones étaient devenus minoritaires dans l’île de Montréal. (…)

Il avoue avoir été surpris par la baisse rapide du pourcentage de gens qui utilisent le français à la maison dans les régions hors de Montréal. En outre, « le pourcentage de l’utilisation de l’anglais à la maison a augmenté dans l’île et en dehors de l’île. On a sous-estimé la force de l’attraction de l’anglais », soutient M. Termote.

À titre d’illustration, il relève le reportage de La Presse publié hier, montrant qu’après 30 ans d’application de la loi 101, il y avait toujours davantage d’allophones qui, en 2006, optaient pour le cégep anglophone plutôt que francophone.

Un autre facteur contribue à réduire le poids démographique des francophones : l’immigration. Depuis des années, Québec fait entrer 45 000 immigrants par année, un quota qui sera porté à 55 000 avec l’annonce faite l’automne dernier par la ministre Yolande James. « Or, plus vous faites entrer d’immigrants, plus vous faites fléchir le pourcentage des francophones, il faut être réaliste ».

Pour en conaître davantage :
http://www.cyberpresse.ca/article/20080123/CPACTUALITES/80123292/6488/CPACTUALITES