« NO SIR »

Le bilinguisme pour renforcer le français au Canada :

NO SIR!, répond Impératif français

« La promotion du bilinguisme total, voilà la base du nouveau plan d’action proposé par l’ex-premier ministre du Nouveau-Brunswick, Bernard Lord, au gouvernement canadien. Ainsi sont occultés l’assimilation des francophones hors Québec, dont le rapport ne fait nullement mention, et la nécessité d’élaborer une politique linguistique fédérale sur les bases des objectifs linguistiques édictés par le gouvernement du Québec », a commenté le président d’Impératif français, monsieur Jean-Paul Perreault.

« En conséquence, j’en appelle à la ministre québécoise de Patrimoine Canada, madame Josée Verner, à mettre les pendules à l’heure, à s’assurer que son “nouveau gouvernement” ne nuira pas à celui de la “nation québécoise”, mais au contraire, collaborera avec ses dirigeants en vue d’y implanter une politique linguistique fédérale qui fera du français, en territoire québécois, la langue commune et d’usage pour tous. »

Rappelons que le 20 mars dernier, monsieur Bernard Lord, remettait un rapport au gouvernement conservateur fédéral, un rapport contenant quatorze recommandations en vue d’élaborer la phase II du Plan d’action fédéral en matière de langues officielles. Ce rapport a été rédigé après des consultations tenues derrière des portes closes auxquelles Impératif français n’a pas été invité.

Par exemple, dans son rapport, monsieur Lord note que les participants ont […] constaté l’émergence d’une identité bilingue, particulièrement chez les jeunes. Selon ces mêmes participants, ce phénomène ne conduit pas nécessairement à l’assimilation, au contraire. Et plus loin, le rapport ajoute : […] une des demandes les plus répétées est la définition de normes standardisées de bilinguisme. Ces normes seraient utiles dans tous les secteurs d’activités, entre autres pour promouvoir le bilinguisme au sein des entreprises privées et encourager les jeunes à améliorer leurs compétences linguistiques. Les entreprises pourraient aussi être encouragées à favoriser le bilinguisme…

Finalement sur tous les fronts, santé, éducation, culture, développement économique, service du gouvernement fédéral aux citoyens, délégation de responsabilités, etc., le rapporteur propose des mesures totales qui n’auront d’autres conséquences au Québec que d’y renforcer l’anglais. « C’est tellement aberrant qu’il n’y a pas de mots pour décrire une telle proposition d’anglicisation du territoire québécois. »

Les seuls à jouir d’un statut particulier dans tout ce charabia sont les Anglo-Québécois. Recommandation 11 : Je recommande que la nouvelle stratégie vise des objectifs globaux et nationaux tout en permettant une mise en œuvre qui reconnaît et qui reflète les différences régionales, dont celles des anglophones au Québec.

« Avec des amis comme Bernard Lord, le Québec n’a nul besoin d’ennemis », a conclu monsieur Perreault.

Adresse utile :

Josée Verner
Ministre du Patrimoine canadien, de la Condition féminine et des Langues officielles
Verner.J@parl.gc.ca

Source :
Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications
www.imperatif-francais.org
Imperatif@imperatif-francais.org