NICOLAS SARKOZY

Lettre ouverte

Nicolas Sarkozy : l’évolution des chefs de l’Etat en France. Du sens de l’intérêt général de la nation au sens de l’intérêt privé de quelques-uns

Nicolas Sarkozy, le tâcheron de la République Française, qui ne mérite pas de majuscules, s’est encore illustré dans sa bêtise profonde quand il se « lâche », qu’il s’écarte des discours que des gratte-papiers lui rédigent.

Préférant le Canada tout en mélangeant divers aspects, il ne veut pas cautionner la division pour justifier son absence du sommet de la francophonie… C’est bizarre venant d’un homme qui a su accentuer au contraire celles-ci au niveau européen et français.

Le hongrois de France confond une visite au Québec (qui pourrait effectivement être reportée si c’était une visite de courtoisie) avec le sommet de la Francophonie, organisation à laquelle se doit de participer le chef de l’Etat français.

Bref, l’absence totale de culture de Sarkozy, qui préfère protéger ses petits amis friqués et le capitalisme (qui est une mutation abominable du commerce) ne trouvera sa destinée que dans les poubelles de l’Histoire, à côté des Pétain, Laval, Parisot et autres collabos notoires qui n’ont eu de cesse de pratiquer l’intérêt privé face à l’intérêt général.

Et si ce monsieur voulait vraiment se préoccuper de la « crise », qui n’est que superficiel et permet de faire l’impasse sur les vrais problèmes et sur les transferts financiers qui se font en coulisses sans provoquer de remous (la crise serait même voulue par une partie intéressée, car les loups se mangent désormais entre eux), il ne passerait pas sont temps à privatiser tout ce qui appartient aux citoyens français : la nationalisation est source de rationalisation et de stabilité.

En privatisant et détruisant le système français, il fait de la France ni plus ni moins qu’une république bananière contrôlée par des multinationales et des banquiers devenus mendiants cravatés suite aux chutes des places boursières.

Son niveau d’incompétence est tel que s’il avait été premier ministre du Québec en 1976, le Québec serait 100% anglophone aujourd’hui et les Québécois de retour en France, 4 siècles après l’avoir quittée.

Il faut enlever de la tête des Québécois que sarkozy serait francophile et défenseur de la langue française.
C’est un ennemi de notre langue commune.

Il ferait de plus comme nous tous, avec les 170 % d’augmentation qu’il s’est octroyée pour sa présidence, il préfère passer des vacances aux États-Unis plutôt que de financer la langue française et Impératif français.

cedriclaudet@neuf.fr