MANIPULATION POLITICIENNE

C’est par décret que le 15 décembre 1992 le ministre des Transports du gouvernement du Québec d’alors, M. Sam Elkas*, renversait le décret de 1982 faisant obligation d’utiliser uniquement le terme « ARRÊT» sur les panneaux de signalisation routière au Québec pour indiquer l’obligation d’arrêter à une intersection.

En 1992, le gouvernement libéral a prétexté le fait que le mot d’origine anglaise «STOP» était aussi français pour adopter le décret modifiant le règlement. Depuis ce décret, l’utilisation des termes «ARRÊT» ou «STOP» au Québec est conforme au règlement à la condition que les deux termes ne figurent pas sur le même panneau.**

Ce n’est donc pas pour des raisons de sécurité routière que la modification a été adoptée puisque l’octogone rouge est le symbole utilisé internationalement pour indiquer l’obligation d’arrêter.

En agissant de la sorte, le gouvernement du Québec de l’époque a ainsi fait preuve de manipulation politicienne pour ne pas reconnaître que l’utilisation exclusive du terme «ARRÊT» offrait, tout en répondant aux exigences de sécurité routière, le grand avantage d’exprimer, sans ambiguïté, la spécificité et la différence québécoises en Amérique, le panneau «ARRÊT» étant la signalisation routière la plus utilisée et cela sur tout le territoire du Québec.

À sa façon, le gouvernement du Québec a contribué à affaiblir l’unité du paysage linguistique du Québec contribuant ainsi au maintien de ghettos linguistiques et à la naissance du courant partitionniste au Québec puisque les panneaux «STOP» sont surtout utilisés par les villes qui vivent mal leur appartenance québécoise ou qui apprécient mal la différence québécoise!

Puisque l’utilisation du terme «ARRÊT» exprime mieux l’identité québécoise, nous invitons nos lecteurs à exercer de fortes pressions sur les élus de toutes les villes qui utilisent les panneaux «STOP» pour qu’ils les changent et sur le gouvernement du Québec pour qu’il modifie la législation afin qu’elle oblige l’utilisation du seul terme « ARRÊT ».

Source :
Impératif français
Recherche et communications
Tél. : 819 684-8460
www.imperatif-francais.org

* Sam Elkas a étudié à la Sherbrooke High School et suivi des cours en administration aux universités McGill et Western Ontario. Il a été conseiller municipal de Kirkland de 1973 à 1975, puis maire de cette ville de 1975 à 1989. Il a été élu député libéral dans Robert-Baldwin en 1989. Ministre de la Sécurité publique dans le cabinet Bourassa du 11 octobre 1989 au 5 octobre 1990. Ministre des Transports du 5 octobre 1989 au 11 janvier 1994. Il ne s’est pas représenté en 1994.
http://www.assnat.qc.ca/fra/Membres/notices/e-f/Elkas.htm

** Article 5 : « Attendu qu’il y a lieu de prescrire comme panneau de signalisation indiquant l’obligation d’arrêter tant le panneau « Stop » que le panneau « Arrêt » et de permettre le maintien en place de panneaux « Arrêt Stop » pourvu que leur remplacement éventuel se fasse par des panneaux « Arrêt » ou « Stop »

*****************************

Malgré ce qui précède,

Mont-Royal choisit Stop

Article Éric Clément publié dans le journal La Presse du vendredi 14 mars 2008

Vingt ans après avoir été installés dans les rues du Québec, les panneaux de signalisation routière Arrêt ont commencé à disparaître. S’ils demeurent nettement majoritaires à Montréal, ils sont souvent remplacés par les panneaux Stop dans les villes liées.

Depuis un peu plus d’un an, Mont-Royal fait comme Côte-Saint-Luc, Dollard-des-Ormeaux ou Westmount il y a quelques années: elle a remplacé tous ses panneaux comportant les deux mentions Arrêt-Stop par des panneaux Stop.

Baie-d’Urfé fait exception: elle a conservé des quantités à peu près équivalentes de panneaux Arrêt et Stop. Mais tous les nouveaux panneaux seront dorénavant des Stop, comme à Beaconsfield, où il y a encore 500 panneaux bilingues.

Toutefois, à Sainte-Anne-de-Bellevue, 99,5% des panneaux sont des Arrêt: il ne reste que deux panneaux Arrêt-Stop, et ils seront remplacés par des panneaux Arrêt dans les semaines à venir.

Rappelons que le gouvernement du Québec a décidé en 1999 de ne plus permettre les panneaux octogonaux rouges comportant les deux mentions Arrêt-Stop. Les villes avaient jusqu’au 30 juin 2006 pour les remplacer par des Arrêt ou des Stop. Elles ne l’ont pas toutes fait.

Cette semaine, La Presse a quadrillé le territoire de Mont-Royal et a constaté qu’à deux ou trois exceptions près, les panneaux sont tous des Stop. C’est un citoyen qui a joint La Presse après avoir constaté que les panneaux Arrêt abîmés ou détruits lors des phases de déneigement dans Mont-Royal avaient été remplacés par des Stop.

À ce sujet, Catherine Hirou, directrice des services techniques de Mont-Royal, dit s’être conformée à la directive de Québec. «Dès l’automne 2006, on a commencé à changer les panneaux bilingues par des Stop», dit-elle. Quelque 150 panneaux ont été remplacés depuis. Le coût pour Mont-Royal: près de 4000$.

La norme du gouvernement impose également aux villes d’ajouter sous chaque panneau Arrêt ou Stop un petit panneau comptant quatre carrés marqués Arrêt ou Stop. Coût supplémentaire pour Mont-Royal: plus de 3000$.

Choisir Arrêt aurait été « mal vu »

La mairesse Vera Danyluk estime que Mont-Royal « avait d’autres priorités » que de changer des panneaux bilingues en bon état, mais qu’elle s’est conformée à la loi. Mais pourquoi ne pas avoir choisi des panneaux Arrêt?

« En Europe, ils utilisent Stop, les deux sont acceptables », affirme-t-elle.

Selon Mme Hirou, aucune « raison particulière » n’a motivé le choix de Mont-Royal. Elle ajoute: « On aurait pu acheter 50% de chaque, mais il aurait fallu gérer deux stocks de panneaux différents. Et si on avait mis des Arrêt partout, les anglophones n’auraient pas été contents. Cela aurait été très mal vu de mettre tout en français. »

Mario Beaulieu, président du Mouvement Montréal français, préférerait quant à lui qu’on conserve le panneau Arrêt « pour signifier le caractère français du Québec ». « Je trouve ça un peu déplorable, dit-il.

****************************

Adresses utiles:

Municipalité de Mont-Royal
http://www.ville.mont-royal.qc.ca
info@ville.mont-royal.qc.ca

Madame Julie Boulet
Ministre des Transports
ministre@mtq.gouv.qc.ca

Monsieur Mario Dumont
chef de l’opposition officielle
mdumont@assnat.qc.ca

Madame Pauline Marois
chef du deuxième groupe d’opposition
pmarois-chlv@assnat.qc.ca