MACBIDOUILLE

Site : http://www.macbidouille.com/news
gotchi@macbidouille.com; macensteph@macbidouille.com

hackers, downgrader, jailbreaker, firmware, etc. Chaque jour, c’est la même chose sur votre site. Des dizaines de vocables qui constituent des « constructions linguistiques » carrément monstrueuses, et qui insultent constamment la langue de Boileau, de Hugo, de Diderot (mais pas forcément de Sarko…). Injure permanente de la langue et de son génie propre.

Ça n’en finit jamais, chez MacBidouille, cette auto-destruction de la langue. Et je ne parle pas ici des raisons sociales ou des marques de commerce.

Aussi je n’en peux plus de lire une langue aussi violentée. À chaque instant.

J’aimais bien votre site. Je le trouvais utile, riche, à jour, réflexif même.

Mais j’avoue que je ne supporte plus (je me faisais violence depuis longtemps pour revenir régulièrement sur votre site, car il est instructif) de voir la langue française massacrée de la sorte. C’est une agression de tous les instants, en quelque sorte.

Je veux bien croire que l’on y traite la langue française comme on le fait de plus en plus, partout en France, et depuis des années.

Mais ça ne justifie rien. Bien au contraire.

Je ne sais quelle langue on parle en France, ni en Belgique et en Suisse par voie (pernicieuse) de conséquence.

Il m’apparaît certain, en tout cas, que ça n’a plus rien à voir avec la langue française.

Quel gâchis monumental dont participe avec « enthousiasme » un pays qui a de tout temps (en dépit de tout, i.e. de ses erreurs et de ses errances) fait l’admiration de l’ensemble des nations. Dont la québécoise au premier chef.

Oui, quel gâchis.

C’est dire combien je partage l’opinion de cette compatriote : http://mathilde.lejdd.fr/2008/03/07/1-azincoart-coart-toajoars-langae-franaise-de-
l-anoblissement-l-abolissement-de-soi

Marie-Louise Lacroix
MarieLacroix@moncanoe.com
Longtemps admiratrice d’une France qui semble désormais se mépriser avec la dernière énergie. Jusqu’à la pathologie même…
(et férue du Mac depuis plus de vingt ans, soit dit au passage)