L’OQLF BÂILLONNE

Selon l’étude du démographe Marc Termote, que l’Office de la langue française ne souhaitait pas rendre publique avant le dépôt de son bilan quinquennal, les citoyens de langue maternelle française sont désormais minoritaires dans l’île de Montréal.

Extrait d’un article de Denis Lessard du journal La Presse du vendredi 25 janvier 2008

« L’Office de la langue française ne se contente pas de laisser dormir sur les tablettes une étude faisant état d’un recul du poids démographique des francophones. La Presse a aussi appris que sa présidente a muselé son propre conseil d’administration, forçant ses membres à prêter serment. Le gouvernement Charest nie pour sa part toute ingérence politique auprès de l’organisme, tandis que l’opposition officielle rugit et exige qu’on reprenne le débat sur les seuils d’immigration.

Dans un geste pour le moins inusité, la présidente de l’Office de la langue française, France Boucher, a exigé, à la fin de 2007, que tous les membres de son conseil d’administration prêtent serment parce qu’on mettait en doute leur discrétion dans le délicat dossier linguistique. La directive a aussi été imposée aux experts embauchés pour faire le suivi de la situation linguistique, «Je ne cacherai pas que j’ai demandé aux membres de l’Office de s’assermenter», a reconnu Mme Boucher, en entrevue à La Presse. »

La suite à
http://www.cyberpresse.ca/article/20080125/CPACTUALITES/801250796/1019/CPACTUALITES