LES FRANCOPHONES, DES CITOYENS DE DERNIÈRE CLASSE

Immigration Canada, les Services frontaliers et l’aéroport international d’Ottawa affichent leur discrimination contre les francophones comme en fait fois la photo ci-jointe des panneaux installés à la vue de tous.

Ces panneaux « Bilingual Officer/Agent bilingue » et « English Officer/Agent Anglais » le disent clairement : les anglophones et les francophones anglicisés ont accès à tous les guichets d’accueil; pour leur part, les
francophones tenant à leur langue n’ont droit qu’aux guichets d’accueil « bilingue ». Côté emploi, le message est encore plus révoltant : vous serez embauchés si vous êtes unilingues anglais ou bilingues. Le droit au travail, ça n’existe pas pour les unilingues français!

Pas de doute possible, le gouvernement fédéral et sa fonction publique l’affichent haut et fort, et de surcroît, à la porte d’entrée internationale de la capitale de la confédération canadienne, Ottawa. Le message est clair pour tous, immigrants, touristes, résidants : le Canada est un pays anglophone et les francophones, s’ils ne sont pas anglicisés ou s’ils tiennent à leur langue, des citoyens de dernière classe.

Il y a trois classes de citoyens au Canada : de première classe, les unilingues anglais qui ont des services et des emplois « réservés » pour eux; de deuxième classe, les bilingues, et de dernière classe, les francophones qui tiennent à leurs droits et à leur langue.

Source :
Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications

Adresse utile :
M. Jason Kenney
Ministre Citoyenneté et Immigration
Kenney.J@parl.gc.ca