LE RETOUR DU MOUTON NOIR

—–Message d’origine—–
De : Robert Morin [mailto:rmorin@protexte.ca] Envoyé : 18 novembre 2008 20:33
À : desautels@radio-canada.ca

Objet : Mélanye Boissonnault ou le retour du mouton

Bonsoir,

Ce soir, mardi 18 novembre, à la première chaîne de Radio-Canada (émission Desautels) et dans le cadre de sa chronique sur l’événement « M pour Montréal » qui se veut une vitrine pour les artistes québécois « en émergence », la chroniqueuse Mélanye Boissonnault débitait tout bonnement la liste des artistes et groupes aux noms tous plus anglophones les uns que les autres qui y participeront. Réaction saine de l’animateur, Michel Desautels, (mais ce genre de réaction tout à fait justifiable se fait malheureusement de plus en plus rare), qui lui fit alors remarquer qu’il était pour le moins étonnant de constater cette très grande prédominance de l’anglais dans le cas d’un événement organisé au Québec pour et par des francophones. Madame Boissonnault s’est alors contentée de rétorquer qqch du genre «c’est d’ailleurs tout le charme de la chose».

Je ne comprends pas à quoi tient ce « charme », et j’aimerais bien que l’on m’explique s’il n’a pas qqch à voir avec ce que Christian Dufour, dans son récent ouvrage Les Québécois et l’anglais, Le retour du mouton (http://www.ledevoir.com/2008/11/08/214836.html) nomme avec justesse «le retour du mouton», ou que d’autres pourraient aussi qualifier d’attitude de «colonisé»…

Robert Morin, St-Jean-de-Matha

Note: La référence à l’extrait sonore de l’émission Désautels est la suivante =>
http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia%3D/medianet/2008/C
BF/DesautelsCombo200811181508.asx

Le passage pertinent se trouve à partir de 38:55.