L’AVENIR DE LA LANGUE FRANÇAISE

Jacques Myard, Député, membre de la Commission des Affaires étrangères

Il s’agit bien évidemment d’un avis personnel, mais il me semble que le fait de débattre d’un thème tel que " la Francophonie et le développement durable " ne fait pas réellement sens Il Semble que l’enjeu réel soit aujourd’hui celui de savoir si le français, en tant que langue, a encore une modernité économique. Notre langue est-elle un élément de ce débat ? Le fait de répondre " oui " à cette question est la seule manière de revenir – non sans faire un long détour – au thème de l’économie durable, nouveau leitmotiv de la politique française, voire des politiques locales. Il n’y a, certes, rien de neuf à rappeler qu’une langue n’est pas un simple moyen de communication mais que c’est au contraire un système holistique de pensée. Une langue est ainsi normalement structurée pour accéder à un ensemble de concepts de la connaissance humaine. Le français, à cet égard, a des qualités indéniables sans pour autant être supérieur à aucune autre langue. Ce qui rejoint tout à fait le discours sur la nécessité de respecter les langues régionales, nationales, etc. C’est dans le dialogue des cultures que s’enrichissent les cultures et les civilisations.

Néanmoins, nous assistons actuellement à un phénomène assez exceptionnel dans ce débat des concepts et de la connaissance, notamment en France. Les élites françaises font preuve d’un certain renoncement à parler le français, en particulier dans l’ensemble des symposiums internationaux. On se demande parfois si la France n’a pas honte de parler sa langue.

Pour la suite : http://www.langue-francaise.org/Articles_Dossiers/Dos_2008_6.php