LA FRANCE À PROPOS DU QUÉBEC

Courte missive au magazine littéraire Lire
À : redaction@lire.fr
Cc : pdelaroche@lire.fr; fbusnel@lire.fr

Réf. : http://www.lire.fr/critique.asp/idC=36301/idR=219/idTC=3/idG=2
Att. : M. Alain Rubens

« le gouvernement oppressif de Pierre Lévesque », est-il écrit ici. Sans rire.

D’abord, il s’agit de René Lévesque. Pourtant presque aussi connu en Francophonie que le général de Gaulle.

Ensuite, s’il y eut dans l’histoire du Québec un politique qui abhorra l’oppression plus que quiconque, c’est bien René Lévesque. Cet homme dont Félix Leclerc lui-même a dit qu’il faisait partie de ces quelques hommes rares figurant au panthéon des « libérateurs de peuple ». Du reste, et contrairement à ce que prétend l’auteur de cette recension, la presse n’a jamais écrit injure pareille (« gouvernement oppressif »). Pas même au conglomérat Gesca ! pourtant entreprise de propagande qui pourfend depuis plus de trente ans (sous couvert de la liberté de presse, d’une part, et avec l’aval de l’immense fortune de son propriétaire, la famille Paul Desmarais, d’autre part) toute velléité d’Indépendance du peuple québécois.

Je suis toujours étonnée de constater combien de tout temps en France on semble – et ce dans un « grand dossier » du journal Le Monde aussi bien que dans le plus quelconque filet du plus obscur des hebdomadaires – incapable d’aborder le Québec sans que ne s’insère dans le texte, invariablement, une ineptie ou une erreur élémentaire. Une. Au moins. Quand ce n’est pas, à l’occasion, un chapelet d’errances ou d’invraisemblances. Se nourrissant mutuellement.

Et que le simple mais véritable professionnalisme saurait pourtant éviter. À coup sûr.

Salutations.

Mathilde François,
citoyenne québécoise
MathildeFrancois@moncanoe.com