LA DIVERSITÉ CULTURELLE

Je serais vraiment intéressé à lire une rétroaction de votre part sur la réflexion exprimée dans un blogue récent:
Une réflexion au sujet de la bataille pour la défense du français et de la diversité culturelle

Serait-il possible que la raison pour laquelle cette bataille est si ardue et avance si peu soit reliée au déclin général de notre environnement mental, indépendamment de la langue en cause? Peut-être que cette bataille linguistique réussirait à mieux rejoindre et engager de nouveaux combattants si la bataille pour la protection de notre environnement mental avançait?

Greenpeace (1971) a été le premier organisme à reconnaitre en partance de Vancouver le déclin de notre environnement physique (i.e. eau, air, sol, faune) et à mener une lutte maintenant reconnue internationalement pour la protection de cet environnement.

Toujours en partance de Vancouver, la fondation médiatique Adbusters.org a été première à identifier le déclin de notre environnement mental et à mener la lutte. Selon eux, il y aurait à long terme un effet débilitant à être continuellement sollicité par de la publicité de consommation et par de "l’information" de propagande sans pouvoir répondre adéquatement. Cela expliquerait (en partie etk) pourquoi les gens sont devenus si apathiques et impossibles à rejoindre, motiver, intéresser, etc. L’organisme milite pour une réglementation contraignant nos médias de masse via principalement cette Média Carta (maintenant disponible en français tel que proposé à l’organisme). Il y a aussi ce recours devant la Cour Suprême de la Colombie-Britannique qu’ils sont prêts à amener à celle du Canada.

Le Canard est depuis longtemps un signataire de leur Media Carta et continue à appuyer l’organisme. Mais il se demande s’il ne devrait pas y avoir en français un organisme tout aussi préoccupé par le déclin de cet environnement mental en partance du Québec et/ou de la France. Matière à réflexions…
[Soumise par gaulois]

Source:
Réjean Beaulieu, Vancouver
Le Canard Réincarné
Lorsque la fiction se mêle avec la réalité en milieu minoritaire