FRANCE 24, TÉLÉVISION MONDIALE EN VF

Nos amis québécois connaissent-ils ce monsieur Spicer ?
Est-il francophile ou francophobe ?

Pour une fois que M. Sarkozy semble suivre une de ses promesses de campagne, à savoir défendre la langue française (discours de Caen), on va pas lui tirer dans les pattes !

Alex K.

***************
http://www.liberation.fr/rebonds/310124.FR.php
Rebonds
France 24, télévision mondiale en VF

Keith Spicer ancien commissaire aux Langues officielles du Canada, ancien président du Conseil canadien de l’audiovisuel et des télécommunications.
QUOTIDIEN : vendredi 15 février 2008

La décision de Nicolas Sarkozy de supprimer les services anglais et arabe de France 24 contredit plusieurs objectifs stratégiques proclamés par le président de la République. Elle prive la France d’influence dans le monde ; elle va à l’encontre d’un courant en faveur de canaux de nouvelles multilingues ; elle envoie un signal d’indifférence à deux univers linguistiques où les intérêts de la France sont en jeu ; elle ignore le fait que l’anglais – hélas ! – est la lingua franca du monde ; et au lieu de renforcer l’image voulue d’une France ouverte sur le monde, elle présente ce pays comme aussi borné que son Président est unilingue.

Perte d’influence dans le monde ? Cantonner France 24 au seul français, c’est limiter sa voix, et celle de la France, à l’Hexagone, à la souvent dénigrée Françafrique et à la Belgique, la Suisse, et une partie du Canada. Adieu les Etats-Unis et le Canada anglophone, la Grande-Bretagne, l’Inde, le Pakistan, l’Australie, l’Afrique anglophone – ainsi que des centaines de millions de «non-anglophones» qui comprennent l’anglais.

Tendance aux canaux multilingues ? L’exemple le plus frappant est l’excellent service anglophone d’Al-Jezira, sans oublier la CCN en espagnol. Plusieurs autres chaînes internationales offrent des bulletins télévisés en différentes langues – Euronews et Deutsche Welle, par exemple. Presque tous offrent des sites web en anglais et parfois d’autres langues.

Indifférence aux mondes arabe et anglophone ? Faut-il dire combien ces deux publics peuvent influer sur la prospérité, la sécurité, la diplomatie et la culture de la France ? Dans le monde, on compte entre 500 et 800 millions de personnes qui parlent ou comprennent l’anglais. En Europe, 38 % des citoyens affirment pouvoir comprendre une simple conversation en anglais. Ailleurs, des centaines de millions d’Indiens et de Chinois dont les économies décollent comprennent l’anglais.

L’arabe est parlé comme langue maternelle par 325 millions de personnes dans 23 pays. Certains de ces pays exportent assez de pétrole pour déstabiliser, s’ils le veulent, l’Occident. D’autres exportent le terrorisme. Ensemble, ils forment un bloc hétéroclite, mais vital pour les exportations françaises : armements, centrales nucléaires, alimentation, avions, voitures, culture. Bientôt une base militaire à Abou Dhabi créera une position stratégique pour la France dans le Golfe. Négliger ce vaste public arabe et ces opportunités paraît insensé.

La langue française est belle, est culturellement irremplaçable. Elle est toujours un bien précieux du patrimoine mondial qu’il faut mieux protéger – et surtout mieux enseigner. Mais malheureusement, l’histoire, les réalités géopolitiques et maintenant le triomphe de la mondialisation ont fait de l’anglais la seconde langue du monde de notre siècle. Plusieurs autres grandes langues, dont l’arabe, l’espagnol, le portugais, le russe, le chinois, le japonais et l’hindi auront aussi d’importants rôles, surtout régionaux, à l’avenir. Mais pour la France – et France 24 -, l’anglais et l’arabe, comme langues supplémentaires pour parler au monde, étaient les bons choix. Les éliminer aujourd’hui fait passer la France pour un pays myope, voire rétrograde. Comme un pays qui – malgré l’«ouverture» tous azimuts trompetée par M. Nicolas Sarkozy – pleure un passé glorieux mais révolu.

Jacques Chirac, passablement bilingue, avait le grand mérite de créer la «French CNN». Il a vu celle-ci avec de multiples voix pour porter les idées françaises bien au-delà du petit monde de la Francophonie. Car le grand mérite de France 24 est de «vendre» des idées françaises là où on ne les connaît pas. Trouver «inadmissible» que la France s’explique au monde dans d’autres langues que le français, c’est confondre contenu et contenant, valeur des messages et chauvinisme linguistique. Napoléon et de Gaulle, tous deux un peu à cheval sur la langue, auraient-ils fait le choix de Sarkozy avec France 24 : parler à leur chasse gardée… plutôt qu’au monde ?

Dernier détail : fusionner France 24, TV5 et Radio France internationale, comme le souhaite le Président, n’est pas une mauvaise idée. Mais dans l’usine à gaz dont on rêve, il faut préserver le rôle particulier de France 24 comme messager d’idées à des publics autrement inatteignables. Or les idées n’ont pas de langue. Le Président ne voudra sans doute pas dire que, réflexion faite, il écoutera le jugement de son prédécesseur dont on a oublié le nom. Mais – quelle preuve de la sagesse de sa politique d’ouverture ! – il pourrait élégamment céder à l’opinion protrilinguisme de son ministre Bernard Kouchner…

************

Dommage que la seule réaction défendant un France 24 en français soit truffée de fautes de français …
3 réactions :

Faris Chidyaq France24 polyglotte !

En partant du postulat qu’il y a plus de francophiles que de francophones, pourquoi ne pas aussi leur donner accès à France 24 ? Le point soulevé par Michel n’est que technique. Sur Internet par exemple, il est possible de choisir la langue.

Samedi 16 Février 2008 – 04:05

ricobanga Quel dommage …

Pour tout ceux qui avaient cru que Sarkozy allait être un président moderne et pragmatique, cela ne fait que renforcer l’idée qu’il s’agit d’un populiste authentique, flattant les orgueils identitaires, religieux et cocardiers. Pour moi qui ne regarde que cette excellente chaîne (en ligne), je suis navré de savoir que sa diffusion va être limitée, et sa mission quasiment avortée, car que deviendra-t-elle ensuite, ayant perdu sa vocation première ?

Vendredi 15 Février 2008 – 10:54

michel d’israel Quoi l’anglais de Shakespeare et meilleurs que le français de Molière?

Je vie en Israël et en Israël vivent un demie million de francophones et dans le monde vivent des millions de francophones et de dire que l’anglais est la seule langue de communication est défaitiste ! Quoi l’anglais de Shakespeare et meilleurs que le français de Molière? Pourquoi courir enterrer la langue française, pourquoi décider que celle-ci n’est pas attractive??Quand fr24 à monter a l’air j’ai été très heureux mais ma joie a été de très courte durée, très vite celle ci a été diffusée qu’en anglais, au début il y avait 25% en français mais très vite ceci a été arrêté! comme israélien qui est aussi francophone et qui sait aussi l’anglais pourquoi devrais je choisir une chaine qui parle un anglais avec un accent anglais tordus au mieux de très bonnes chaines comme la bbc, sky news ,CNN ,fox news et même Alja-Zira a un meilleurs anglais que fr24! La singularité de fr24 est son français et de moment qu’elle la perd elle perd aussi ca singularité et elle devient qu’une chaine en anglais de plus, ni plus et ni moins! Et alors elle est jugée par ca qualité et ca combativité et en cela est elle n’arrive pas aux chevilles des chaines américaines et anglaise! Alors au mieux d’essayer d’être ce qu’elle n’est pas, qu’elle essaye d’embrasser son identité et celle ci est la langue française! Vous voulez que ceux la qui nagent pas dans la langue de Molière puisse profiter aussi de fr24, ajouter des sous-titre en anglais! Si vos programmes seront intéressent ce ne sont pas les sous titres qui les gêneront! En intendant si je dois choisir entre un fr24 avec un anglais tordus et des chaines attractives comme CNN ou la bbc ces deux dernières gagnent a coup sure !! Mes sympathies ! Michel de Petah tiqwa en Israël

Vendredi 15 Février 2008 – 09:32