FIERTÉ! FIERTÉ!

En cette période « linguistique » difficile que traverse notre langue, j’ai pensé qu’il était temps d’analyser nos comportements devant la défense et la promotion de notre langue?

Est-ce par manque de fierté que nous agissons ou par manque de conviction?

Est-ce que nous « aimons » vraiment notre « langue »?
Est-ce par manque de conviction que nous refusons d’envisager toutes les options nous permettant de la DÉFENDRE ET D’EN FAIRE LA PROMOTION?

Est-ce par un souci de rectitude politique que nous refusons d’imposer notre langue à nos concitoyennes et à nos concitoyens toutes ethnies confondues?
Est-ce par un souci de rectitude politique que nous refusons de choisir les immigrants et les immigrantes dont le Québec peut avoir besoin pour assurer la présence de notre langue en Amérique du Nord et dans le monde?

On peut de même se poser d’autres questions et faire de savantes analyses comme le font les thuriféraires de Gesca, tout en niant que notre langue disparaît des cieux montréalais, ou encore prétendre comme un journaliste de cette société le fait ce matin dans un article, lorsqu’il se demande si la promotion de notre langue ne « nuira » pas à la promotion économique de Montréal!

On peut continuer à associer la promotion de notre langue à notre idéal indépendantiste, comme on le fait depuis toujours, puisqu’est là le vrai et seul motif de faire l’indépendance du Québec!

Est-ce qu’en posant cette action, on n’a pas oublié que la langue était plus importante que notre idéal?
Est-ce qu’un colloque sur notre langue ne serait pas l’occasion de réaffirmer notre désir de vivre en français sur cette terre inhospitalière anglo-saxonne de l’Amérique du Nord?

Est-ce qu’un colloque de ce genre ne nous permettrait pas de définir l’ensemble des politiques linguistiques dont nous avons besoin pour affirmer notre volonté de vivre et de nous « épanouir » en « français » dans tous les domaines de notre vie?

Quelles actions sommes-nous prêts à poser pour assurer la présence de notre langue en terre des Amériques?

Jacques Bergeron,
Ahuntsic, Montréal
jacberger@yahoo.fr