ÉLECTIONS QUÉBÉCOISES

Le français dans certains hôpitaux de Montréal

Lettre à Jean Charest

Quelles sont vos intentions pour redresser les droits à des services et des soins en français dans le secteur de la santé et des services sociaux ?

Voici le texte de la missive transmise au Premier ministre du Québec alors que les rumeurs d’élections générales se font persistantes :

Monsieur le Premier ministre,

Notre Commission entend profiter des prochaines élections générales annoncées pour sensibiliser l’opinion publique à la situation vécue quotidiennement par les Francophones dans certains centres de santé ou de services sociaux alors qu’ils sont trop souvent incapables de recevoir des services dans la langue officielle du Québec. La Loi 101 est bafouée à chaque instant dans plusieurs établissements et malgré des signalements troublants et des dénonciations aussi nombreuses que diverses, votre gouvernement s’est montré parfaitement insensible à ces interpellations.

Notre Commission a reçu des dizaines de signalements de ces situations parmi les plus cruelles que l’on puisse concevoir. Comment se fait-il que des Francophones qui se présentent à l’urgence en 2008 ne peuvent pas être examinées par un médecin parlant correctement le français, comme je l’ai personnellement vécu à l’Hôpital Général de Montréal ? Comment est-ce possible qu’un spécialiste pratiquant au Québec et payé par nos taxes ignore la langue du Québec. De nombreuses infirmières qu’elles soient licenciées ou auxiliaires et de nombreux préposés ne parlent pas français du tout. C’est un véritable drame quand un francophone est hospitalisé dans certains centres hospitaliers. Comment pouvez-vous rester de glace devant cela? Il faut une enquête!

Lors de la campagne électorale qui se dessine, nous dévoilerons publiquement des cas concrets afin d’illustrer notre inquiétude. Vous nous verrez duranttoute cette campagne et vous nous entendrez.
La langue est toujours un enjeu électoral au Québec.

Gilles Rhéaume
bienvenue62@hotmail.com

Commission de défense des droits linguistiques et fondamentaux des Québécois usagers des services de santé