DÉSINFORMATION SYSTÉMATIQUE

L’Office québécois de la langue française (OQLF) entreprendra très bientôt une « campagne promotionnelle » auprès des commerçants de Gatineau afin de « promouvoir » le français.

Ce genre de campagne promotionnelle a déjà eu lieu à Montréal avec les résultats que l’on connaît! Le bilan de cette campagne que l’OQLF et la ministre St-Pierre s’acharnaient à refuser de rendre public fut par contre récupéré par les politiciens, dont la ministre St-Pierre elle-même, pour désinformer et pour manipuler l’opinion publique en niant le déclin du français à Montréal. Contrairement à son objectif, cette campagne a plutôt servi à faire la promotion de l’anglais à Montréal.

Pire, le bilan de cette campagne a servi de propagande pour laisser croire que le français n’est aucunement menacé à Montréal! La ministre St-Pierre a même eu le culot de présenter cette campagne de promotion comme étant une « étude » ou une « enquête » pour affirmer que le français se portait bien à Montréal. Pourtant, selon la compilation de ladite campagne, il y a toujours dans le centre-ville de Montréal, et cela trente ans après l’adoption de la Charte de la langue française, près d’un commerçant sur cinq (17 %) qui n’accueille pas les clients en français, près d’un sur dix (9 %) qui ne les sert pas en français et près d’un sur trois (30 %) qui ne respecte pas les dispositions de la Charte de la langue française sur l’affichage.

Pour la ministre St-Pierre, le français est florissant même si de nombreux commerçants et professionnels bafouent impunément les droits linguistiques fondamentaux des Québécois, droits qui sont pourtant garantis par une Charte depuis plus de trente ans!

« Au lieu de défendre les droits linguistiques fondamentaux de tous citoyens d’être reçus, servis et informés en français et de travailler en français au Québec, Madame St-Pierre a encouragé l’unilinguisme anglais lorsqu’elle a déclaré au Journal de Montréal : « on ne peut pas dire qu’un unilingue anglophone n’a pas le droit de travailler en anglais. » Elle a ainsi choisi d’encourager le non-respect des droits linguistiques en appuyant l’unilinguisme anglais défrancisant dans une région où l’on ne cesse d’inférioriser la langue française », de déclarer le président d’Impératif français, Monsieur Jean-Paul Perreault.

Afin d’échapper à ce genre de manipulation politicienne déguisée en information, nous invitons la population à nous communiquer les noms, adresses et autres coordonnées des établissements commerciaux ou professionnels de Gatineau (dépanneurs, supermarchés, restaurants, professionnels, etc.) où l’accueil, le service, la langue de travail, le site Web, la publicité ou l’affichage ne sont pas en français ou ne sont pas conformes à la Charte. Plus on nous transmettra de renseignements, mieux ce sera. Nous garantissons la confidentialité. « Il n’est pas question que l’OQLF ou la ministre St-Pierre viennent en Outaouais, comme ils l’ont fait à Montréal, pour favoriser l’anglicisation de l’Outaouais et l’assimilation des francophones qui y vivent » , de dire M. Perreault.

De plus, pour que cesse la manipulation politicienne et la désinformation systématique niant le déclin du français au Canada, Impératif français réclame une étude impartiale dirigée par un groupe de chercheurs pluridisciplinaires indépendants sur la situation du français à Montréal et à Gatineau.

Adresses utiles:

Madame Christine Saint-Pierre
Ministre
ministre@mcccf.gouv.qc.ca

Madame France Boucher
Présidente
Office québécois de la langue française
france.boucher@oqlf.gouv.qc.ca

Secrétariat à la politique linguistique
info@spl.gouv.qc.ca

*****************************

Source:

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications

C.P. 449, succ. Aylmer
Gatineau (Québec) J9H 5E7
Tél. : 819 684-8460
Téléc. : 819 684-5902
Imperatif@imperatif-francais.org
www.imperatif-francais.org