DES MESURES COERCITIVES S’IMPOSENT

ministre@mcccf.gouv.qc.ca; mdumont@assnat.qc.ca; info@oqlf.gouv.qc.ca; info@spl.gouv.qc.ca;

Très louable que de réunir les gens d’affaires et partenaires socio-économiques du Québec, messieurs les dirigeants des gouvernements québécois et canadien. Très louable ainsi que d’inviter les entreprises québécoises (à coup de millions de dollars) à se mettre au français. Qu’il me soit permis d’ajouter que la Charte de la langue française (vieille de trente ans!) semble n’avoir eu que très peu d’influence auprès de certains commerçants de Montréal par ailleurs — s’il faut en croire Jean-Paul Perreault du mouvement « Impératif français ». Monsieur Perreault est d’avis qu’il faille user de moyens coercitifs envers les commerces négligents et que l’on doive imposer des amendes comme moyens de persuasion.

J’abonde en ce sens. Au Québec, au Canada, plus que bonne volonté ou que nobles intentions suffiront. Obligation de résultats devront comprendre les entreprises et commerces faisant affaires au Québec semblait conclure le communiqué d’Impératif français.

Se pourrait-il en fin de compte que les deux paliers de gouvernement réunis, aient à leur tête des « sans-génie » ou qu’ils n’aient que faire d’une Charte de la langue française dont la grande majorité d’anglophones du Québec, du Canada, ne veulent tout simplement pas entendre parler? On pourra dépenser tous les argents que l’on voudra pour essayer de « franciser » les commerces, les institutions publiques et gouvernementales, ou le monde des affaires de Montréal comme de ceux de la grande région de l’Outaouais par exemple, rien n’est même susceptible de changer tant et aussi longtemps que des actions concertées, coercitives n’aient été adoptées ou encore mises en place.

Je suis d’avis pour une, que les ‘pollueurs’ de la langue soient les payeurs ‘forcément’ de leur francisation. Assez c’est assez! En espérant ardemment que le gouvernement du Québec comme celui du Canada, s’entendent sur les moyens à prendre en vue d’en arriver à un règlement de la question du respect de la langue française au Québec et partout ailleurs au Canada.

Lucie Dumouchel
Gatineau (Québec)
luciedumouchel@videotron.ca