BANQUE NATIONALE DU CANADA

Monsieur Robillard,

Il y a beaucoup d ‘entreprises qui, comme la BNC, donnent priorité à l’anglais en offrant l’accès au message en anglais avant que le message en français n’ait été entièrement entendu.

Ce n’est pas que l’esprit le respect de la loi 101 qui est en cause ici, mais le bon sens et le respect !

Dans presque tous les États du monde, l’accueil téléphonique se fait dans la langue nationale de ceux-ci. Seule une mentalité colonisée peut concevoir qu’il est plus important d’offrir l’accès, en premier, au message d’accueil dans une autre langue, ici l’anglais, avant d’avoir entendu entièrement le message dans la langue publique commune et officielle de l’État! Le message d’accueil en anglais au Québec, « If you want to hear this message in English, press 9 », est l’équivalent de dire à l’unilingue anglais ou au nouvel arrivant : « If you don’t want to learn French, press 9 ». C’est aussi un puissant moyen pour banaliser et inférioriser la langue française, une langue déjà trop fragilisée par l’irresponsabilité des autorités gouvernementales et de certaines entreprises privées.

Il existe bien peu de nations dans le monde qui sentent le besoin d’offrir en premier l’accès à leurs messages d’accueil sur boîte vocale dans une autre langue (lire ici l’anglais) que leur langue officielle et publique commune. Les gouvernements membres de l’UNESCO qui ont adopté la Convention internationale sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles seraient surpris d’apprendre qu ‘au Québec certaines entreprises choisissent de consacrer et multiplier au sein de leurs établissements ces pratiques d’anglicisation.

Nous vous remercions de faire entendre la voix citoyenne en vous opposant à ces pratiques qui banalisent et infériorisent la langue française et anglicisent le Québec. Nous invitons vos concitoyens à faire comme vous.

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications

Madame Fleury,

Contrairement à votre affirmation, la ligne sans frais (1-800-363-3511) pour les services de Courtage direct de la Banque Nationale ne donne pas priorité à la langue française. Avant d’écrire votre réponse, avez-vous testé ce système ? Je viens d’utiliser le numéro 1-800. Sans l’ombre d’un doute, le message est bilingue, mais il débute en anglais. Je déplore cette pratique de la Banque Nationale. Une institution comme la vôtre se doit de respecter les lois en vigueur sur le territoire du Québec. Loi 101 est en vigueur depuis 31 ans. Il est grand temps que la Banque Nationale s’y conforme.

J’ose espérer que cette situation inacceptable sera corrigée dans les meilleurs délais.

Claude Robillard
Gatineau

From: Web.Trad@bnc.ca
To: crobillard@videotron.qc.ca
Sent: Wednesday, September 17, 2008 3:21 PM
Subject: Re: CDBN

Monsieur Robillard,

La présente fait suite à votre courriel du 13 septembre adressé au bureau du président de la BNC concernant le message d’accueil téléphonique de Courtage direct Banque Nationale (ci-après CDBN).

En premier lieu, nous tenons à vous remercier d’avoir pris le temps de nous faire parvenir vos commentaires et préoccupations concernant la langue de communication. La qualité de notre service à la clientèle est au coeur de nos priorités quotidiennes et soyez assuré que votre courriel fait l’objet de toute notre attention.

Nous désirons vous confirmer que notre message d’accueil téléphonique est bilingue et donne la priorité à la langue française. Pour continuer en anglais, il faut choisir l’option 9 sinon toutes les options sont disponibles en français. Nous n’avons apporté aucune modification à nos numéros de téléphone et il est toujours possible de nous rejoindre au 514-866-6755 (région de Montréal) ou au 1-800-363-3511 (ailleurs en Amérique du Nord).

Toutefois, nous sommes conscients des inconvénients que cette situation a pu vous causer et nous vous prions d’accepter nos excuses les plus sincères.

Pour toute autre question ou commentaire, n’hésitez pas à nous écrire à nouveau à l’adresse suivante : web.trad@bnc.ca ou à communiquer avec l’un de nos représentants qui se fera un plaisir de vous aider. Pour ce faire, il faut composer le (514) 866-6755 (région de Montréal) ou le 1-800-363-3511 (ailleurs en Amérique du Nord), du lundi au vendredi de 8h à 20h. Choisir l’option 2, puis l’option 3 au menu téléphonique pour toute question d’ordre général.

Nous souhaitons que ces renseignements vous soient utiles, et vous prions de recevoir, Monsieur Robillard, nos salutations les meilleures.

Hélène Fleury
Service aux investisseurs

Site Internet : www.cdbn.ca

Courriel électronique : web.trad@bnc.ca

*******************************

Le 15 septembre 2008,

Monsieur,

Nous avons reçu votre courriel adressé au président et chef de la direction de la Banque Nationale, le 13 septembre.

Nous transmettons votre demande au service concerné. Une réponse vous sera acheminée dans les meilleurs délais. Soyez assuré de notre engagement à vous offrir un service à la hauteur de vos attentes.

Au nom de Monsieur Louis Vachon, nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre institution et espérons avoir le plaisir de vous servir à nouveau.

Bureau du Président et chef de la direction
Banque Nationale du Canada

***********************************

crobillard@videotron.qc.ca

2008-09-13 17:58

A
president@bnc.ca
cc

Objet
Banque Nationale du Canada

========================================================================
Courriel (3S)
========================================================================

M.
Prénom Claude
Nom Robillard

Adresse électronique
crobillard@videotron.qc.ca

Accès à mon compte de courtage Banque Nationale – Plainte au sujet de votre répondeur donnant priorité à la langue anglaise.

Bonjour Monsieur le Président,

J’ai de la difficulté à accéder à mon compte via Internet. Je viens d’appeler au numéro indiqué sur votre page web : https://www.cdbn.ca/pcis/login.do

Votre répondeur m’informe que vous avez changé de numéro alors, pourquoi ne pas l’indiquer sur votre page web?

Votre nouveau numéro de téléphone transmis sur votre répondeur est le 800-363-3511. Je tombe sur un autre répondeur qui commence l’information en anglais. Ne suis-je pas à ma Banque Nationale au Québec? N’avez-vous pas une obligation de respecter la Charte de la langue française au Québec ?

Je déplore cette situation au plus haut point. Je considère que votre politique devrait tenir compte du fait que le français est en priorité au Québec.

Je vous demande pourquoi vous ne respectez pas la priorité au français à la Banque Nationale.

J’attends votre réponse avec impatience.

Claude Robillard
Gatineau (Québec)

CC Votre web.trad@bnc.ca, Impératif français