BANQUE NATIONALE DU CANADA

—– Original Message —–
From: Jean-Paul Perreault
To: Claude Robillard
Cc: Web.Trad@bnc.ca
Sent: Friday, October 24, 2008 2:19 PM
Subject: RE: langue française

Monsieur,

À la lecture de la réponse ci-dessous, de la Banque nationale, il est facile de constater qu’elle refuse de reconnaître ou ne veut pas voir qu’en offrant en premier l’accès au message en anglais « To continue in english, press 9 » avant que le message en français n’ait été entièrement entendu, elle donne priorité à l’anglais et ainsi banalise et infériorise le français et les francophones.

En agissant ainsi, la Banque nationale dit aux allophones et aux anglophones qu’ils n’ont pas à apprendre le français puisque le « To continue in English, press 9 » est l’équivalent de leur dire, de surcroît en premier, prioritairement, « If you don’t want to learn French, press 9 ». Mais, avant tout, elle leur dit qu’au Québec, l’anglais est aussi et même plus important que le français. C’est le respect de la langue officielle, de la langue commune de la diversité culturelle et la langue d’usage public québécoise qui est en cause ici et non la Loi 101.

Il existe bien peu d’endroits dans le monde qui sentent le besoin d’offrir en premier l’accès à leurs messages d’accueil sur boîte vocale dans une autre langue (lire ici l’anglais) que la langue officielle et publique commune. L’UNESCO, qui a adopté la Convention internationale sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, que près de 100 pays ont ratifiée, serait surprise d’apprendre qu’au Québec, des entreprises — ici la Banque nationale » — choisissent de consacrer et de multiplier au sein de leurs établissements des pratiques de banalisation et d’anglicisation.

La Banque nationale, en imposant cette pratique humiliante, fait le choix délibéré de ne pas appliquer la pratique que le gouvernement recommande aux organismes de son Administration, à savoir que « le message d’accueil en français soit, de préférence, entendu au complet avant que l’accès à un message dans une autre langue ne soit donné. »

Si, de plus, à partir de votre portable, la Banque nationale vous accueille en anglais, vous avez alors « doublement » raison d’être offusqué.

Nous vous remercions de votre intervention et insistance auprès de la Banque nationale et de ses établissements et vous prions de continuer.

Le président,

Jean-Paul Perreault
Impératif français
Recherche et communications

—–Message d’origine—–
De : Claude Robillard [mailto:crobillard@videotron.qc.ca] Envoyé : 23 octobre 2008 22:33
À : Web.Trad@bnc.ca
Cc : Jean-Paul Perreault
Objet : Re: langue française
Bonsoir Madame Fleury,

Je dois vous informer que votre argumentation ne fonctionne pas dans mon cas. Je demeure en Outaouais et mon numéro de téléphone cellulaire est le 1-819-XXX-XXXX et je vous répète, le message que j’entends sur votre système téléphonique commence bien en anglais. Pourquoi ne pas avoir un numéro de téléphone pour les francophones et un numéro de téléphone les anglophones ?

Contrairement à votre affirmation, le système téléphonique de Courtage direct Banque Nationale Inc. ne respecte pas la Loi 101. Je vous demande de vérifier à nouveau. D’ici, à Gatineau, votre système répond en premier lieu en anglais.

Je ne comprends pas pourquoi vous douter de mon affirmation. J’espère que les correctifs seront apportés à votre système téléphonique dans les meilleurs délais.

Merci beaucoup

Claude Robillard
Gatineau

—– Original Message —–
From: Web.Trad@bnc.ca
To: crobillard@videotron.qc.ca
Sent: Friday, October 17, 2008 4:59 PM
Subject: langue française

Monsieur Robillard,

La présente fait suite à notre courriel du 10 octobre concernant la priorité de la langue de communication sur nos lignes téléphoniques.

Suite à des vérifications effectuées par notre service de la téléphonie, il s’avère que la priorité est donnée à la langue française lorsque vous effectuez un appel en provenance des codes régionaux suivants: 418, 450, 514, 819, 444. Si vous communiquez avec nous à partir d’un autre code régional, soit d’une autre province, la priorité est donnée à la langue anglaise. Par ailleurs, si vous vous servez d’un téléphone cellulaire dans une zone locale d’Ontario, par exemple, cet appel ayant une provenance d’un code régional hors Québec sera servi prioritairement en anglais.

Donc, pour tous les appels sur nos lignes téléphoniques en provenance d’un code régional du Québec, la priorité sera en langue française conformément au respect de la Charte de la langue française.

Pour votre information, voici un extrait de ce qu’on entend si on compose le numéro 1-800-363-3511 à partir d’un indicatif régional du Québec.

«Bienvenue chez Courtage direct Banque Nationale, Service aux Investisseurs.
Welcome to National Bank Direct Brokerage, Investor Services.
To continue in english, press 9.

Pour obtenir des cotations ou effectuer des transactions via notre service de Courtier Vocal Interactif, faites le 8.
Pour effectuer des transactions ou consulter vos ordres en cours, faites le 1.
Pour ouvrir un compte, signaler un changement d’adresse, obtenir de l’information au sujet de votre compte ou de nos services, obtenir un mot de passe ou pour recevoir du support technique, faites le 2. Pour obtenir des cotations, faites le 3.
Pour réentendre les options faites le carré.
»

Pour toute autre question ou commentaire, n’hésitez pas à nous écrire à nouveau à l’adresse suivante : web.trad@bnc.ca ou à communiquer avec l’un de nos représentants qui se fera un plaisir de vous aider. Pour ce faire, il faut composer le (514) 866-6755 (région de Montréal) ou le 1-800-363-3511 (ailleurs en Amérique du Nord), du lundi au vendredi de 8h à 20h.

Nous espérons que les explications précédentes soient suffisantes, et vous prions de recevoir, Monsieur Robillard, nos salutations les meilleures.

Hélène Fleury
Service aux investisseurs

Site Internet : www.cdbn.ca

Courriel électronique : web.trad@bnc.c