LORD DURHAM

Article de la Presse canadienne à
http://canadianpress.google.com/article/ALeqM5grxmbf7nTtLHa_J1iR6IV18OL0Fg

Le panneau controversé portant sur Lord Durham est enlevé à Ottawa

OTTAWA – Les autorités la Commission de la capitale nationale (CCN) ont retiré le panneau historique de Lord Durham installé sur un édifice du Mail de la rue Sparks.

Le groupe Impératif français avait réclamé le retrait du panneau de Durham, qui avait déjà proposé l’assimilation des francophones du Canada.

Le panneau soulignait les étapes marquantes du choix de la ville comme capitale canadienne en 1857. John George Lambton, premier comte de Durham, a vécu de 1792 à 1840.

La CCN a installé plusieurs affiches dont celle de Durham pour avoir contribué, par la rédaction de son rapport d’enquête sur les circonstances de la rébellion des patriotes du Bas-Canada et celle des réformistes du Haut-Canada, à l’instauration du gouvernement responsable dans la politique canadienne.

Lord Durham, réformateur bien connu au Royaume-Uni, fut envoyé au Canada en 1838 pour étudier les causes de la Rébellion des patriotes de 1837.

Jean-Paul Perreault, le président de l’organisme Impératif français, trouvait insultant de voir que, dans la capitale de la fédération canadienne, on utilisait des ressources pour rendre hommage à celui qui a proposé un plan de génocide culturel pour les Canadiens-français.

*************
Le théoricien d’un «génocide culturel»

Extrait d’au article de François Pierre Dufault du journal Le Droit

Au grand désarroi des francophones qu’il a proposé d’assimiler, John George Lambton (1792-1840), 1er comte de Durham, reprend vie sur un panneau historique de la Commission de la capitale nationale (CCN) affiché sur un édifice du Mail de la rue Sparks, à Ottawa, afin de souligner les étapes marquantes du choix de la ville comme capitale canadienne en 1857.

"C’est insultant de voir que dans la capitale de la fédération canadienne, on utilise des ressources pour rendre hommage à celui qui a proposé un plan de génocide culturel pour les Canadiens français", s’est insurgé Jean-Paul Perreault, le président de l’organisme Impératif français.

"C’est révoltant : ce panneau doit être enlevé", a-t-il réclamé, hier, lors d’un entretien téléphonique avec LeDroit.

Sur le panneau, la CCN salue lord Durham pour avoir contribué – par la rédaction de son rapport d’enquête sur les circonstances de la rébellion des patriotes du Bas-Canada (Québec) et celle des réformistes du Haut-Canada (Ontario) – à l’instauration du gouvernement responsable dans la politique canadienne.

Ce même rapport proposait également de fusionner les deux colonies britanniques dans le but d’assimiler les francophones, qu’a décrits lord Durham comme une "nationalité dépourvue de tout ce qui peut vivifier et élever un peuple".