LES SACRIFIÉS DE LA BONNE ENTENTE

Les droits des anglos seront brimés si on insiste pour qu’ils connaissent le français pour se présenter aux élections au Québec?

Je suis résident de la municipalité de Pontiac et ici comme dans plusieurs municipalités de la MRC Pontiac, les élus sont souvent des anglophones unilingues.

C’est le syndrome du vaincu que l’on retrouve chez plusieurs francophones de cette région qui rend cela possible. On le comprend bien quand on sait qu’ici le droit des francophones à leur langue a traditionnellement été brimé avant la Loi 101 et négligé depuis par tous les gouvernements du Québec par crainte de ce que penserait le reste du Canada. Les Pontissois ont même été dénommés : « Les sacrifiés de la bonne entente ».

Ce soi-disant droit des anglophones unilingues de gouverner des majorités francophones est outrageux. Il fait de l’anglais la seule vraie langue officielle du « Quebec » et le français la langue parlée entre francophones seulement.

Je suis heureux de voir que Madame Marois et le PQ inquiets de cette travestie de droits tentent de la rectifier et j’apprécierais beaucoup que nos dirigeants (tous partis confondus) qui s’opposent au projet Marois pensent un peu aux droits linguistiques fondamentaux de tous les Québécois et Québécoises.

Pierre Denault
Pontiac