LES ÉLECTIONS QUÉBÉCOISES

Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) appuie l’anglicisation du Québec en refusant de collaborer pour faire du français la langue commune et la langue d’usage public au Québec comme en font foi les photos ci-dessous.

Le DGEQ ne peut invoquer la loi pour se soustraire de sa responsabilité de contribuer à faire du français la langue d’usage public commune puisque rien dans la loi ne l’oblige à distribuer massivement par la poste (publipostage) ses documents en anglais. C’est donc consciemment et volontairement qu’il impose au Québec ses pratiques anglicisantes.

C’est par choix et non par obligation qu’il refuse de s’inspirer de la Politique linguistique gouvernementale qui, à l’article 3, mentionne que « L’Administration favorise l’unilinguisme français dans ses activités afin de refléter le fait que le français est à la fois la langue officielle et la langue normale et habituelle de la vie publique » et à l’article 9 qui précise que « seule la version française d’un document d’information fait l’objet d’une diffusion par envoi anonyme ou par publipostage. à la demande d’une personne physique, une version dans une autre langue d’un tel document peut lui être transmise. »

Pour le DGEQ, la démocratie ne peut s’exprimer uniquement en français au Québec, alors qu’elle réussit à le faire dans une seule langue dans la plupart des provinces du Canada! Et dans bien des pays et états du monde!

Le message que le DGEQ donne ainsi à l’ensemble de la société québécoise ainsi qu’au monde entier est que, au Québec, contrairement à ce qu’affirme le gouvernement, il y a deux langues officielles, deux langues communes : le français et l’anglais. à sa façon, le DGEQ dit aux anglophones qu’ils n’ont pas à apprendre le français et qu’ils peuvent même imposer l’anglais aux institutions québécoises; aux immigrants qu’ils peuvent choisir l’anglais comme langue d’usage public, et aux francophones que, contrairement à plusieurs états dans le monde, la démocratie au Québec ne peut s’exprimer sans l’anglais!

En agissant ainsi, le DGEQ infériorise et banalise la langue « officielle » du Québec et colonise les cerveaux en institutionnalisant une pratique humiliante de bilinguisme institutionnel et d’anglicisation systématique qui impose l’anglais à l’ensemble du Québec pour ne pas déplaire à une petite minorité de 4 % d’unilingues anglais. Ceux-là même qui, au lieu d’imposer l’anglais partout, devraient être encouragés par toutes les institutions québécoises à apprendre la langue d’usage public commune du Québec, le français!

Adresse utile:
Directeur général des élections du Québec
www.dgeq.gouv.qc.ca
info@electionsquebec.qc.ca

Secrétariat à la politique linguistique
www.spl.gouv.qc.ca
info@spl.gouv.qc.ca

(Le 13 mars 2007)