LE TOIT COULE

Toit qui coule dans une école

Ce qui se passe à l’École secondaire Saint-Henri est inacceptable, surtout quand on considère que le Gouvernement du Québec est riche comme Crésus.

Le Québec n’est pas riche? Dans mon dictionnaire, quand un gouvernement a les moyens de se payer 2 centres hospitaliers universitaires, dont un est destiné à 8% de la population, et quand on a les moyens d’entretenir un réseau universitaire anglophone pour 8% de la population, c’est que l’argent nous sort par les oreilles!

Quand on a les moyens de former des médecins à McGill qui vont quitter le Québec, c’est parce que l’argent coule à flot!

Conclusions : Donc, étant donné que le Québec est riche comme Crésus, comment se fait-il qu’on n’ait pas les moyens de réparer un toit qui coule? C’est plate à dire, mais on dirait que les citoyens anglophones font partie d’une race supérieure aux francophones.

B. Ing. Dominique Beaulieu
dombeaulieu@ieee.org

(Le 22 avril 2007)