LE SOUS-FINANCEMENT DE L’UQO

Dans la région de la capitale fédérale, les francophones sont nettement défavorisés quant à l’accès aux études universitaires en français puisqu’il y a plus de cent programmes de moins offerts en français qu’en anglais.

Et une comparaison avec d’autres universités québécoises desservant des bassins de population à peu près identiques à celui de l’Outaouais (Estrie, Mauricie et Saguenay) permet, de constater que la région outaouaise est, là aussi, nettement défavorisée. L’UQO offrirait à peine 50 % des programmes d’études offerts dans ces autres régions.

Impératif français prend donc bonne note de la nouvelle politique linguistique de l’UQO laquelle renferme la décision de l’Université du Québec en Outaoouais (UQO) de réaffirmer sa mission d’établissement universitaire de langue française et d’abolir les programmes entièrement en anglais, des programmes qui de toute façon n’auraient jamais dû exister dans une université de langue française.

Impératif français invite néanmoins l’UQO à réviser certains points de sa nouvelle politique, notamment celui sur le matériel pédagogique. L’UQO doit poursuivre sa démarche de francisation en adoptant les mesures qui s’imposent pour que cesse la pratique répandue au sein de certains programmes d’études d’imposer aux étudiants des manuels et du matériel pédagogique de langue anglaise. Cette pratique aurait des conséquences certaines sur le taux d’échec et d’abandon d’étudiants qui ont pourtant choisi d’étudier en français!

De plus, Impératif français demande à l’UQO de modifier sa politique afin de s’assurer que les congrès et réunions scientifiques qui se dérouleront dans ses murs soient aussi disponibles en français et non seulement « dans une autre langue que le français », comme le permet sa nouvelle politique! Si, pour ce faire, des traductions simultanées ou non étaient nécessaires, elle pourrait sûrement retenir les services de son Centre de recherche en technologies langagières!

Pour terminer, Impératif français invite l’UQO à déployer tous les efforts nécessaires pour que cesse la discrimination et l’exclusion pratiquées par le gouvernement du Québec à l’endroit de l’Outaouais en privant sa jeunesse de programmes d’études universitaires qui existent pourtant ailleurs en français au Québec. Le sous-financement de l’UQO doit cesser!

Jean-Paul Perreault
Président

www.imperatif-francais.org
Imperatif@imperatif-francais.org

La politique linguistique de l’UQO est accessible à http://www.uqo.ca/linguistique

(Le 19 avril 2007)