LE PROTOCOLE DE LONDRES

Extrait du site http://info.france2.fr/eco/32952939-fr.php

Le protocole de Londres critiqué par un collectif

Au nom du "droit de travailler en français", il refuse la ratification du protocole sur la traduction des brevets

Ce collectif de syndicats, soutenu par des parlementaires et des associations, a demandé à la France de ne pas ratifier le protocole de Londres, "acte par lequel chaque État signataire renonce aux exigences de traduction des brevets vers sa langue nationale".

Le protocole menace la langue française, estime-t-il dans un communiqué mercredi.

Le protocole de Londres sur les brevets européens attend depuis 2001 la ratification de la France pour entrer en vigueur dans les 13 Etats qui l’ont signé. Le 23 juin dernier, le Conseil européen signait un accord en vue de la simplification du traité. Le sujet était alors relancé en France. (…)

Si la France met tant de temps à ratifier le protocole de Londres, c’est parce que des chercheurs et intellectuels, à l’exemple du collectif pour le "droit de travailler en français", s’y opposent au nom de la défense de la langue française.

Outre le collectif pour le "droit de travailler en français", un "comité contre le Protocole de Londres", présidé par le linguiste Claude Hagège, dénonce dans une pétition "les risques d’une éventuelle ratification (…) dont les grandes entreprises étrangères bénéficieraient au détriment des PME et TPE françaises, et surtout ses conséquences dramatiques pour la langue française". (…)

Actuellement 100% des brevets sont traduits en Français mais, avec le protocole de Londres, "la part de la francophonie passerait à 7 %", affirme le comité. Car, selon lui, aujourd’hui 70% des brevets sont déposés en Anglais, 23% en Allemand et 7% en Français.

"L’accord de la France étant indispensable pour que ce traité entre en vigueur, c’est elle qui détient le sort de notre langue et du plurilinguisme", souligne le comité.

Pour en savoir plus : http://info.france2.fr/eco/32952939-fr.php