« IMPÉRATIF FRANÇAIS »

Allocution du président d’Impératif français prononcée à la rencontre de l’Académie québécoise d’études philatéliques (AQEP) tenue à l’occasion du 25e anniversaire de l’organisme au Musée de la poste à Gatineau le samedi 6 octobre 2007.

Monsieur le président,
Membres du Conseil d’administration,
Membres de l’Académie,

Je remercie monsieur Jean-Pierre Durand pour son invitation à venir vous rencontrer aujourd’hui pour vous parler de francophonie.

Impératif français est né de la colère d’une mère de famille qui en avait assez de voir que les siens éprouvaient des difficultés à vivre, travailler et se divertir en français. Impératif français, c’est plus qu’un organisme, c’est un mouvement, une volonté, une énergie que nous voulons présents partout. Tous peuvent se saisir de cette énergie et la faire progresser.

La lutte que nous menons comme francophones ou comme Québécois pour protéger et pour promouvoir la langue française, pour le rayonnement de la culture d’expression française et pour l’importance de la francophonie est aussi un combat pour faire respecter la diversité culturelle dans tous les pays aux prises avec l’anglicisation ou l’américanisation.

L’Unesco nous donne raison et nous appuie dans notre lutte. Elle a tout récemment adopté une résolution que plus de 55 États membres ont par la suite ratifiée et qui a conduit à l’entrée en vigueur le 18 mars dernier de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Cette Convention reconnaît l’égale dignité de toutes les cultures. Qui parle de diversité des expressions culturelles parle aussi de diversité linguistique.

Œuvrer à la promotion de la langue française, c’est œuvrer pour la démocratie. C’est s’opposer à l’uniformisation et au nivellement culturels. C’est aussi promouvoir la liberté de parole et de pensée. Et c’est, à sa façon, réclamer le respect des droits de l’Homme. C’est refuser les nouveaux clichés que sont, par exemple, « l’anglais est la langue universelle » ou «la mondialisation, c’est en anglais que ça se fait» Ces nouveaux clichés (malheureusement répétés parfois par les nôtres) ne servent qu’à inférioriser et à banaliser les autres langues ou autres cultures. Ce qu’il y a d’universel et de mondial, c’est la diversité culturelle et c’est la diversité linguistique.

La langue française, c’est plus qu’une simple langue, c’est une autre façon de penser, de vivre, c’est un autre modèle de vie.

Afin d’appuyer ceux et celles qui œuvrent à la protection et à la promotion de la diversité culturelle mondiale par la protection et la promotion de la langue française et de la francophonie, nous lancerons le lundi 8 octobre 2008 sur les ondes radiophoniques et télévisuelles du Québec, mais surtout sur les ondes de Montréal et de l’Outaouais, une campagne promotionnelle d’intérêt public ayant pour thème « Travailler en français, c’est se faire respecter ».

En grande primeur, voici les deux capsules de 15 secondes !

P.-S Les lecteurs de ce texte peuvent regarder et entendre ces capsules à l’adresse http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2007/campagne-promotionnelle-dinteret-public.html

Impératif français
Recherche et communications

C.P. 449, succ. Aylmer
Gatineau (Québec)
J9H 5E7
Tél. : 819 684-8460
Téléc. : 819 684-5902
Imperatif@imperatif-francais.org
http://www.imperatif-francais.org