JEUX VIDÉO

« Avril 2006 – Au cours des deux derniers mois seulement, Impératif français a déposé à l’Office québécois de la langue française près de 800 plaintes touchant au-delà de 1500 produits (sites Web, jeux vidéo et inscriptions sur les électroménagers). Qu’il s’agisse de pages Web ou de produits placés sur les tablettes de nombreux marchands de toutes les régions du Québec, il y a manquement à la Charte de la langue française. Et ces 800 plaintes ne sont probablement que la pointe de l’iceberg. » (Extrait du site Web d’Impératif français à http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/
2006/de-nombreuses-plaintes-a-loqlf.html

L’OQLF et la ministre de la Culture et des Communications madame Christine Saint-Pierre donneraient suite aux nombreuses plaintes déposées par notre organisme concernant les jeux vidéo uniquement en anglais vendus au Québec s’il faut en croire l’article suivant de la Presse canadienne :

Lara Croft et cie devront se mettre au français

L’OLF a reçu, en 2005-2006, 262 plaintes concernant des programmes informatiques offerts uniquement en anglais, dont des jeux vidéo.

Des personnages de jeux vidéo comme Lara Croft et Super Mario devront peaufiner leur français, en vertu d’une initiative conjointe du gouvernement et de l’industrie pour augmenter le nombre de jeux offerts dans la langue de Molière.

Le gouvernement du Québec et l’Entertainment Software Association of Canada sont sur le point de conclure une entente qui verra tous les jeux vendus au Québec être traduits en français, selon ce qu’a appris la Presse Canadienne.

"L’entente sera annoncée très bientôt", a dit Nathalie Gélinas, une porte-parole de la ministre de la Culture et des Communications, Christine Saint-Pierre.

Mme Gélinas a refusé de fournir plus de détails concernant l’entente, mais une source au fait des négociations a révélé que les distributeurs de jeux vidéo auront la responsabilité de les offrir en français.

"C’est un grand, grand pas pour les distributeurs parce que ça implique des coûts supplémentaires, a dit cette source, sous le couvert de l’anonymat. C’est une question de bonne volonté."

L’entente devrait être annoncée formellement à la mi-septembre.

Les amateurs de jeux vidéo du Québec se plaignent depuis longtemps que plusieurs de leurs jeux préférés ne sont offerts qu’en anglais. Le dossier a été repris au cours des dernières années par l’Office québécois de la langue française, qui aurait été impliqué dans les négociations.

L’OLF a reçu, en 2005-2006, 262 plaintes concernant des programmes informatiques offerts uniquement en anglais, dont des jeux vidéo.

Des données récentes indiquent que moins de 40 pour cent des jeux les plus populaires au Québec sont disponibles en français. Ce chiffre pourrait atteindre 80 pour cent sur les marchés européens, ce qui augmente le mécontentement face au manque de titres français au Québec.

Mais la source au fait des négociations explique que des différences de formats empêchent les versions européennes d’être simplement vendues au Québec.

"C’est plus compliqué qu’on pense, a dit la source. Ce n’est pas seulement une question de langage, mais de format."

Mme Saint-Pierre avait indiqué, peu de temps après la prise de pouvoir des libéraux de Jean Charest au printemps, qu’elle s’attaquerait en priorité au dossier des jeux vidéo.

"Les gens étaient irrités de ne pas avoir accès à une version française, a dit Mme Gélinas. Il y avait place à amélioration."