DÉCLIN DU FRANÇAIS EN FRANCE

Bonjour,

j’ai découvert votre site il y a quelque temps et je suis agréablement surpris de voir que des francophones de part le monde se battent pour cette langue. je vous envoie un courriel que j’ai adressé au ministre de la culture et dont j’ai obtenu une réponse. Je vous laisse le soin de juger si cela peut vous intéresser:

Lettre à Monsieur Renaud Donnedieu de Vabres – ministre de la culture et de la communication:

"Bonjour Monsieur le ministre,

J’irai droit au but : je suis consterné voire outré de constater que de plus en plus d’artistes français chantent en anglais même en FRANCE: que comptez-vous faire pour endiguer ce phénomène? Plus largement, je constate une pression plus vive de la langue anglaise en France (par ex. les slogans publicitaires à la TV, de + en + de mots anglais inutiles dans notre langue, des documents non traduits en français, etc…..). J’aimerais donc savoir si vous comptez mettre en place des actions concrètes à l’instar des Québécois pour éviter le déclin de notre langue : si nous ne la protégeons pas qui le fera?

A mon sens aujourd’hui, ce sont les Québécois qui ont la légitimité de la langue française, pas nous et je trouve cela honteux.

Merci pour votre réponse et bonne journée."

Philippe Le Béchennec

***********

Réponse ministère de la culture

Vous avez fait part au ministre de la culture et de la communication de votre inquiétude relative à la situation de la langue française dans le secteur de la chanson et dans celui de l’audiovisuel. Le ministre vous remercie des remarques que vous avez formulées et me charge de vous répondre. La délégation générale à la langue française et aux langues de France est chargée de coordonner et de suivre l’application de la loi du 4 août 1994 qui impose le français dans un certain nombre de circonstances où son usage est nécessaire pour protéger le citoyen. Elle anime également le dispositif interministériel d’enrichissement de la langue française en soutenant et en coordonnant l’action des différents acteurs qui concourent à l’élaboration des néologismes (commission générale de terminologie et de néologie, Académie française, commissions spécialisées, ministères partenaires .).

Vous déplorez, dans votre courrier, que de plus en plus d’artistes français chantent en anglais. Or, je tiens à vous signaler que les artistes sont totalement libres dans le choix qu’ils font de la langue dans laquelle ils souhaitent s’exprimer. Si on peut regretter comme vous que des artistes français choisissent l’anglais, c’est la liberté de l’auteur, de l’artiste qui prévaut en la matière. Par ailleurs, le Conseil supérieur de l’audiovisuel contrôle avec la plus grande vigilance l’application des quotas de diffusion des ouvres d’expression originale française sur les chaînes de télévision et des chansons d’expression française à la radio.

Dans le domaine de l’audiovisuel, les dispositions inscrites dans la loi du 30 septembre 1986 modifiée relative à la liberté de communication et dans la loi du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française font obligation aux sociétés de radio et de télévision d’assurer « la défense et l’illustration de la langue française » ainsi que « le rayonnement de la francophonie ». Les cahiers des missions et des charges des sociétés publiques de radio et de télévision et les conventions des sociétés privées réaffirment ces objectifs. Je rappelle toutefois que le Conseil constitutionnel, dans sa décision du 29 juillet 1994, a estimé que le législateur, eu égard à la liberté fondamentale de pensée et d’expression proclamée par l’article 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ne pouvait imposer aux organismes de radiodiffusion sonore et télévisuelle, publics ou privés, l’usage d’une terminologie officielle.

Il veille, cependant, scrupuleusement à ce que les messages publicitaires diffusés totalement ou partiellement en langue étrangère soient accompagnés d’une traduction en langue française de nature à assurer aux téléspectateurs la bonne compréhension dudit message. Ce contrôle est également exercé par le Bureau de vérification de la publicité (BVP) qui intervient obligatoirement avant diffusion des messages publicitaires télévisés. Le C.S.A. informe également régulièrement les journalistes et les animateurs en matière de terminologie et de néologie. Dès leur parution au Journal officiel, les termes recommandés par la commission générale de terminologie et de néologie sont publiés dans le mensuel La lettre du C.S.A. Le Conseil adresse aux chaînes de télévision et aux stations de radio les fascicules de terminologie édités par la délégation générale à la langue française et aux langues de France. Il établit également des relevés linguistiques, complétés par ceux que lui envoient, chaque trimestre, des adhérents de l’association Défense de la langue française et par les lettres des auditeurs et téléspectateurs ; les remarques les plus fréquentes ou les plus significatives font l’objet d’articles dans La lettre du CSA.

Enfin, le C.S.A. a créé sur son site une rubrique consacrée à la langue française qui indique la terminologie recommandée par la commission générale de terminologie et de néologie. Ces mesures tendent à assurer à nos concitoyens une information en langue française complète et respectueuse d’un usage auquel vous êtes légitimement sensible. Je vous encourage d’ailleurs à faire part directement aux responsables des radios ou des chaînes de télévision des incorrections que vous relevez afin qu’ils connaissent la réaction des auditeurs et des spectateurs de leurs émissions.

En vous remerciant de votre vigilance et votre intérêt pour la langue française, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Sophie Rasimi

*************

Bonjour Madame,

je vous remercie vivement pour votre réponse qui globalement répond à mes inquiétudes. Toutefois, s’il est vrai qu’un artiste peut utiliser la langue de son choix, il en va tout autrement des subventions de l’état ( si elles existent?). J’espère qu’elles vont aux artistes qui chantent en Français.

Une idée: pourquoi ne pas coopérer avec les pays de langues latines pour diffuser en France des quotas en espagnol, italien ou autres "en échange" de diffusion en Français? Ce qui doit nous guider en la matière, c’est la diversité.

Merci au Ministre et bonne chance pour les élections présidentielles.

Philippe Le Béchennec