CONVENTION INTERNATIONALE SUR LA DIVERSITÉ CULTURELLE

Extrait du site de TV5MONDE

http://www.tv5.org/TV5Site/info/regards_communiques_article.php?


id_signal=2&id_zone=76&NPID=FR183095

Conformément à son article 29, le texte entrera ainsi en vigueur après un
délai de trois mois, soit le 18 mars 2007. Le dépôt, lundi 18 décembre, des
instruments de ratification ou d’adhésion de treize pays européens portait le
nombre de ratifications reçues par le Directeur général de l’Unesco à
trente-cinq. «

Une majorité d’entre elles proviennent des Etats de la Francophonie. Ce
chiffre prouve que notre organisation a joué pleinement son rôle d’avant-garde
dans ce processus. Grâce à une mobilisation sans précédent, jamais une
convention internationale à caractère universel n’est entrée en vigueur aussi
rapidement », a déclaré le Secrétaire général.

« C’est une grande avancée pour les Etats et gouvernements membres de la
Francophonie, en particulier pour les artistes, les institutions et les
industries culturelles des pays du Sud » a ajouté Abdou Diouf. « Ce texte est la
preuve que la culture n’est pas une marchandise comme les autres. La Convention
doit maintenant encourager les pays signataires à définir et à mettre en oeuvre
des politiques culturelles ambitieuses, notamment par le biais d’une coopération
internationale accrue ».

La Francophonie, qui a joué un rôle de précurseur dans ce dossier, a fait de
la diversité culturelle une priorité stratégique de son action. En 1999, à
Moncton, les chefs d’Etat et de gouvernement ont affirmé le droit pour chaque
Etat et gouvernement de définir librement ses politiques culturelles.

Le 15 juin 2001, à l’issue de la 3e Conférence ministérielle sur la Culture
organisée à Cotonou, les Ministres de l’OIF ont, pour la première fois, appelé à
la création d’un instrument juridique contraignant sur la Diversité culturelle.

A Beyrouth, en 2002, puis à Ouagadougou, en 2004, les chefs d’Etat et de
gouvernement de la Francophonie ont décidé de s’engager activement en faveur de
l’adoption par l’Unesco d’une convention internationale sur la Diversité
culturelle. La Francophonie a depuis mené son action en collaboration avec ses
partenaires des autres grands espaces linguistiques ainsi qu’avec les forums et
enceintes internationaux, tel le Réseau international des politiques culturelles
(RIPC). Elle a également travaillé étroitement avec les représentants de la
société civile, dont notamment les coalitions pour la diversité culturelle qui
regroupent l’ensemble des acteurs du monde culturel dans 31 pays.

Le Secrétaire général presse tous les pays qui n’ont pas encore ratifié la
Convention à le faire le plus rapidement possible. « La mobilisation
internationale ne doit pas s’arrêter à cette première victoire. Il y va de notre
intérêt à tous que non seulement la ratification soit la plus large possible
assurant une répartition par zone géographique et linguistique représentative de
la réalité internationale » a ajouté Abdou Diouf.

(le 3 janvier 2007)