PROJET DE CRéATION D’UN PARTI POLITIQUE

Projet de création d’un parti linguistique dédié à la cause
du français au Québec

La situation difficile du français au Québec suscite régulièrement l’intérêt
des médias sans pour autant donner naissance au débat public nécessaire. Les
rapports de l’Office québécois de la langue française, les interventions des
organismes indépendants de défense du français, les études des experts de la
langue française et les nombreux témoignages personnels médiatisés ne
parviennent pas à mobiliser le peuple québécois, y compris sa classe politique.
Pourtant, l’enjeu est fondamental. C’est une question d’identité nationale car
la langue demeure la source première de l’être d’un peuple, la fondation de tous
les aspects de sa société, de sa culture à son économie en passant par son
éducation. Alors, pourquoi le peuple québécois demeure-t-il silencieux malgré
les menaces évidentes affligeant sa langue?

La situation perdure et empire depuis une dizaine d’années. Aujourd’hui, le
sort de la vie française au Québec est d’une complexité déconcertante pour
plusieurs. Le nombre de solutions à envisager sur tous les plans se dresse
souvent devant nous comme une montagne insurmontable à court voire à moyen
terme. On se sent souvent mal à l’aise devant le constat car l’urgence d’agir
demeure évidente. Que faire? Par où commencer?

à mon humble avis, l’ampleur de la tâche dépasse largement toutes les
instances en présence. Nous avons besoin d’une organisation à la hauteur de
l’enjeu : un parti linguistique dédié au français et à l’identité nationale du
peuple québécois. Sa mission : assurer le développement de la société québécoise
sur tous les plans (social, économique, culturel,…), dans le respect de notre
langue et de notre identité. Seul un parti linguistique pourra répondre au
besoin d’une seconde Révolution tranquille au Québec, tant pour son affirmation
nationale qu’internationale. Le nom «Parti national du Québec français» sera
proposé aux membres lors de l’assemblée générale de fondation.

Caractéristiques importantes du parti

  • être une alternative aux forces en présence et non pas les regrouper.
  • Instaurer un nationalisme linguistique et non pas ethnique.
  • Améliorer la qualité du français avec une attitude rigoureuse et non pas
    puriste.
  • Abolir le libre-choix de la région d’immigration et répartir équitablement
    l’immigration entre les différentes régions (ou états québécois).
  • Réaliser l’indépendance du Québec pour se soustraire au bilinguisme et au
    multiculturalisme canadien et non pas pour l’un et/ou l’autre.
  • Démissionner au profit d’un gouvernement de coalition incluant les
    Premières nations au lendemain d’un vote majoritaire favorable à
    l’indépendance du
  • Québec en vue d’assurer la gestion courante et la rédaction d’une
    constitution à soumettre au peuple par la voie démocratique.
  • Proposer que les régions deviennent des états et que le Québec soit une
    fédération de ces états.
  • Abolir le libre-choix de la région d’immigration et répartir équitablement
    l’immigration entre les différentes régions (ou états québécois).

Un blogue lance la discussion sur ce
projet

http://pnqf.blogspot.com/

– 30 –

Impuissance des forces en présence

«Le savoir se construit sur la destruction du déjà su»

L’idée d’un parti linguistique québécois émerge de l’analyse de l’impuissance
des forces en présence face à la situation du français, fondement de notre
identité nationale. Les associations de défense du français et de l’identité
nationale dénoncent aujourd’hui une situation qui perdure depuis une dizaine
d’années dont elles sont en partie responsables. Le savoir acquis et exploité
par ces associations nous a donc conduits à une impasse totale, un double échec.
Le Parti national du Québec français juge donc ce savoir et les forces
associatives en présence périmés dans le contexte actuel. Le Parti national du
Québec français se présente comme un nouveau savoir érigé sur la destruction du
déjà su, tel qu’observé dans l’évolution de toute connaissance humaine. Ainsi,
ce nouveau parti ne vise pas à rassembler les associations existantes sous son
aile mais des individus prêts à révolutionner la défense de la langue et de
l’identité nationale du peuple québécois.

– 30 –

Programme du Parti national du Québec
français:
quelques propositions à débattre

Préambule

Deux grandes intentions linguistiques

Instaurer un nationalisme linguistique et non pas ethnique

  1. La langue française, base de l’identité du peuple québécois – Le programme
    du Parti national du Québec français est élaboré avec la ferme intention
    d’instaurer un nationalisme linguistique répondant aux besoins présents et à
    venir du peuple québécois, c’est-à-dire, de l’ensemble des citoyens du Québec
    ayant le français comme langue de vie commune, sans égard à l’origine
    ethnique. Par conséquent, le Parti national du Québec français n’entretient
    aucun rapport direct ou indirect avec le nationalisme ethnique. Le PNQF
    s’adresse à tout citoyen du Québec vivant en français qu’importe son origine
    ethnique. La langue est ici considérée comme la base identitaire du peuple
    québécois.

Améliorer la qualité du français écrit et parlé

  1. La langue française, outil de communication du peuple québécois – Le
    programme du Parti national du Québec français est élaboré avec la ferme
    intention d’améliorer la qualité du français écrit et parlé par le peuple
    québécois en accord avec la volonté populaire, c’est-à-dire, en se concentrant
    sur l’objectif d’une maîtrise rigoureuse de la base de la langue française, et
    ce, sans visé élitiste. Le but est d’assurer le peuple québécois d’un outil de
    communication national et international amélioré dans le respect de sa
    personnalité et de ses particularités régionales. Le Parti national du Québec
    français n’affiche pas une attitude puriste mais rigoureuse en recherchant le
    juste milieu pour répondre au laxisme actuel.

Deux objectifs linguistiques principaux

Le programme du Parti national du Québec français a deux objectifs
linguistiques principaux :

  1. Assurer la pérennité et le développement de la vie française qui
    caractérise l’identité nationale du peuple québécois.
  2. Améliorer la qualité du français écrit et parlé qui encourage le respect
    de la valeur nationale du peuple québécois.

Quelques propositions à débattre

Le Parti national du Québec français invitera ses membres à débattre de
différentes propositions en vue de se doter d’un programme. Voici quelques-unes
des propositions à débattre. De nouvelles propositions s’ajoutent régulièrement
à la liste ci-dessous.

Programme «être Québécois, c’est vivre en français»
à compléter – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

  1. Il est proposé d’inclure dans la loi la francisation des entreprises de
    moins de cent employés.
  2. Il est proposé d’offrir aux entreprises de moins de cent employés et à
    leurs employés un crédit d’impôt substantiel lors de l’obtention du certificat
    de francisation.
  3. Il est proposé de mettre en place un programme de francisation des marques
    de commerce incluant un crédit d’impôt substantiel pour les entreprises
    adhérentes au programme.
  4. Il est proposé d’augmenter le budget annuel de l’Office québécois de la
    langue française à cent millions de dollars.
  5. Il est proposé d’offrir gratuitement le service de consultation
    linguistique de l’Office québécois de la langue française à tous les
    Québécois.
  6. Il est proposé d’offrir en permanence différents cours gratuits (matériel
    scolaire compris) de rattrapage et de perfectionnement du français écrit et
    parlé à tous les Québécois grâce à un budget annuel spécial accordé au
    ministère de l’éducation, du loisir et du sport.
  7. Il est proposé de concentrer 90% de l’enseignement du français à l’école
    sur l’orthographe, la grammaire et l’analyse de textes.
  8. Il est proposé d’offrir gratuitement la formation universitaire pour
    devenir professeurs de français, c’est-à-dire l’inscr1ption, les cours, tout
    le matériel solaire, le logement et tous les autres frais de subsistances.
  9. Il est proposé d’abolir l’enseignement de l’anglais dans les écoles
    élémentaires.
  10. Il est proposé de renforcer l’enseignement de l’anglais, langue seconde,
    dans les écoles secondaires, collégiales et universitaires.
  11. Il est proposé d’abolir toutes les politiques et tous les programmes
    gouvernementaux multiculturels.
  12. Il est proposé d’instaurer un impôt spécial «Vivre en français» et le
    prélever sur les bénéfices (ou revenus) des banques et autres grandes
    entreprises pour financer la concrétisation des propositions ci-dessus.

Programme constitutionnel
à compléter – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

  1. Il est proposé de réaliser l’indépendance du Québec (la partie québécoise
    du Canada) par la voie démocratique dans le but, notamment mais non pas
    exclusivement, de soustraire le Québec au bilinguisme canadien.
  2. Il est proposé, au lendemain d’un vote démocratique en faveur de
    l’indépendance du Québec, de former un gouvernement de coalition, incluant les
    Premières nations, afin d’assurer la gestion des affaires courantes du nouvel
    état et rédiger un projet de constitution à soumettre au peuple québécois.
  3. Il est proposé, dans ce projet de constitution, que les régions du Québec
    deviennent des états et que le gouvernement du Québec en soit la fédération
    (Référence: états-Unis d’Amérique. Exemple : Fédération des états français
    d’Amérique).
  4. Il est proposé, dans ce projet de constitution, que le français soit la
    seule et unique langue officielle du Québec.
  5. Il est proposé d’associer et/ou inclure dans ce projet de constitution les
    modifications nécessaires à la Charte de la langue française (L.R.Q., chapitre
    C-11) et autres lois en vue d’abolir le bilinguisme dans tous les services
    gouvernementaux, ce qui aura pour effet, notamment mais pas exclusivement,
    d’abolir l’obligation de traduire en anglais les documents gouvernementaux en
    anglais, l’usage de l’anglais dans la législation et la justice, dans les
    services de santé et les services sociaux, dans les communications d’ordre
    pédagogique, et l’enseignement en anglais (ce qui implique la fin du
    financement par l’état des commissions scolaires, collèges et universités
    anglophones, des établissements d’enseignement privés anglophones et
    ethniques). Il est proposé d’intégrer dans cette proposition des exceptions
    pour les Premières nations.

Immigration
à compléter – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

  1. Il est proposé d’abolir le libre-choix de la région d’immigration et de
    répartir équitablement l’immigration entre les différentes régions (ou états
    québécois) pour contrer l’immigration massive dans la grande région de
    Montréal.
  2. Il est proposé d’offrir aux immigrants d’autres langues que le français,
    un programme d’apprentissage du français rémunéré sur une période de douze
    mois, incluant des cours théoriques sur une période de six mois et un stage
    pratique sur une période de six mois.
  3. Il est proposé de rendre obligatoire la maîtrise d’un échange courant,
    écrit et oral, en français pour l’obtention d’un passeport québécois par les
    immigrants.

Santé et services sociaux
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

éducation
à compléter – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

  1. Il est proposé d’ajouter un cours obligatoire de logique et de pensée
    raisonnée aux programmes d’enseignement primaire, secondaire et collégial.
  2. Il est proposé d’ajouter un cours obligatoire de développement de
    l’intelligence émotionnelle aux programmes d’enseignement primaire, secondaire
    et collégial.
  3. Il est proposé d’ajouter un cours obligatoire de citoyenneté et de
    solidarité sociale aux programmes d’enseignement primaire, secondaire et
    collégial.
  4. Il est proposé d’augmenter le nombre de jours de l’année scolaire en
    limitant le congé estival à 30 jours.
  5. Il est proposé d’instaurer la gratuité de tout le matériel scolaire à tous
    les niveaux d’enseignement (primaire, secondaire, collégiale et universitaire.
    Le but de cette proposition est d’éliminer les inégalités économiques entre
    les élèves et de les soustraire à l’esprit de consommation qui règne lors des
    rentrées scolaires. Le gouvernement sera l’unique acheteur de toutes les
    fournitures scolaires, des crayons aux cahiers de notes en passant par le sac
    d’école. La gratuité comprendra aussi les notes de cours, les manuels
    scolaires et les cahiers d’exercices.
  6. Il est proposé d’imposer aux étudiants le port du costume dans les écoles
    primaires et secondaires dans le but d’encourager l’affirmation de soi par
    d’autres moyens que l’apparence vestimentaire, telles la performance scolaire
    et l’implication dans la vie étudiante, davantage liés aux fondements de la
    vie intellectuelle.
  7. Il est proposé d’imposer le retour du vouvoiement à tous les niveaux
    d’enseignement pour favoriser l’apprentissage du respect.
  8. Il est proposé d’instaurer la gratuité de l’enseignement collégial et
    universitaire. 8.1 Abolir les frais d’inscr1ption, de cours et de notes de
    cours (la proposition numéro 5 inclut déjà la gratuité du matériel scolaire).
    8.2 Le programme des prêts et bourses serait maintenu pour l’allocation
    logement et les frais de subsistance de base suivant différents critères
    d’admissibilités favorisant les étudiants défavorisés économiquement.
  9. Il est proposé d’abolir le financement gouvernemental des écoles privées
    d’autres langues que le français.
  10. Il est proposé d’abolir la malbouffe dans toutes les écoles compte tenu de
    son impact négatif sur la santé.
  11. Il est proposé d’interdire tout symbole religieux à l’école.
  12. Il est proposé, le cas échéant, de financer en partie les propositions
    ci-dessus en réduisant l’aide gouvernementale aux entreprises.

Culture
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

Environnement
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

économie
à compléter – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

  1. Il est proposé de hausser le salaire minimum à 15.00$/heure sur une
    période de 4 ans.
  2. Il est proposé de mettre en place un programme d’assistance à la création
    et à gestion d’entreprises réservé aux personnes ayant droit à
    l’assistance-emploi (aide sociale) et à l’assurance chômage. 2.1 La personne
    admissible conservera sa prestation d’aide sociale ou d’assurance chômage et
    tous ses privilèges pour une période de 12 à 24 mois même si dans les faits
    elle n’est plus à la recherche d’un emploi (ou en attente d’un rappel au
    travail) mais plutôt en processus de créer son propre emploi. Dans le système
    actuel, la personne bénéficiant de l’aide sociale perd son droit à l’aide
    sociale si elle cesse de chercher un emploi pour devenir entrepreneur. Ce ne
    sera pas le cas avec ce nouveau programme. 2.2 La personne admissible sera
    assistée et accompagnée gratuitement dans toutes ses démarches par un
    conseiller personnel en création et en gestion d’entreprise du ministère
    responsable du programme. Dans le système actuel, le conseiller se limite
    souvent à dire au futur entrepreneur ce qu’il doit faire et à l’assister lors
    de séances de travail en commun. Dans ce programme, le conseiller prendra le
    leadership de la préparation du plan d’affaires et accompagnera le futur
    entrepreneur dans toutes les rencontres nécessaires avec les différents
    intervenants impliqués dans le projet d’entreprise. Un programme avec une
    approche conseil similaire existe en Ontario pour les assistés-sociaux. 2.3 La
    personne admissible recevra une subvention non remboursable équivalente au
    total du budget établi dans son plan d’affaires. Dans le système actuel, le
    futur entrepreneur reçoit souvent du gouvernement qu’une partie du budget
    total nécessaire au démarrage de son entreprise et/ou doit en rembourser une
    partie. Ce ne sera pas le cas avec ce nouveau programme. 2.4 La subvention
    accordée assurera l’opération de la nouvelle entreprise pour une période de 12
    à 18 mois.
  3. Il est proposé d’instaurer un impôt minimum aux entreprises étant donné
    que plusieurs d’entre elles ne payent pas actuellement leur juste part
    d’impôt.
  4. Il est proposé d’abolir les conventions fiscales avec les paradis fiscaux
    parce qu’elles permettent à certaines entreprises et individus de ne pas payer
    leur juste part d’impôt.

Agriculture, pêcheries et alimentation
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

Emploi
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

Famille
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

Finances
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

Sécurité publique
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

Justice
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

Tourisme
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

Relations internationales
à venir – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

Affaires étrangères
à compléter – Proposer :
serge-andre-guay@videotron.ca

  1. Il est proposé que le passeport québécois soit gratuit pour tous les
    citoyens québécois.

Liste complète des programmes à venir.

– 30 –

Que deviendront les médias québécois
si le pourcentage (40%)
des immigrants choisissant l’anglais au détriment du français se maintient?

Selon un récent rapport de l’Office québécois de la langue française, 84% des
immigrants au Québec se retrouvent à Montréal, 40% d’entre eux choisissent
l’anglais au détriment du français. Voilà autant de lecteurs, d’auditeurs et de
téléspectateurs qui échappent aux médias québécois. Dans ce contexte, on peut
donc soutenir que la politique actuelle d’immigration du Québec ne profite pas
vraiment au maintien de l’environnement médiatique québécois en vertu de l’un de
ses principaux objectifs, palier à la dénatalité. Les efforts déployés ne
permettent pas de renouveler et de développer suffisamment l’auditoire québécois
ou de langue française pour assurer un solide avenir à nos médias.

Qu’est-ce qui se passera dans dix ans si la situation perdure? Est-ce que
Radio-Canada sera forcé de diffuser des émissions en langues étrangères le
dimanche matin sous le joug des politiques multiculturelles? Est-ce que Le
Devoir devra hausser le prix de ses exemplaires pour survivre? Est-ce que TVA
devra ouvrir des sous-chaînes de télévision spécialisées en langues étrangères?
En fait, toutes ces questions ne se poseront pas, du moins, sous cet angle.

Les immigrants qui se refusent à vivre en français développent leurs propres
médias et plusieurs se tournent vers la télévision et la radio de leurs pays
d’origine grâce aux satellites et à l’internet. Ils ne mettront pas de pression
sur les médias québécois pour une part en leur langue d’origine à moins que les
politiques multiculturelles persistent et prennent davantage d’ampleur. En
détenant la balance du pouvoir de par le nombre, ce qui est d’ores et déjà une
réalité, ils pourraient mettre en jeu des subventions directes pour leurs médias
en échange de leur appui et ainsi forcer une révision de la répartition des
budgets gouvernementaux entre davantage de médias. Tout succès en ce sens
incitera les communautés ethniques immigrantes au Québec à demander une aide
directe pour vivre et se développer dans une autre langue que le français.

Il faut dire que les gouvernements de tous les paliers ont déjà ouvert toute
grande la porte à un tel développement multilingue au Québec, particulièrement à
Montréal, en embauchant des québécois polyglottes et des immigrants de langues
étrangères pour servir ceux qui ne parlent pas français même s’ils vivent au
Québec. Il en va ainsi également dans les entreprises commerciales et
industrielles.

Somme toute, si le nombre d’immigrants choisissant l’anglais au détriment du
français se maintient à 40%, il est fort probable que la seule question qui se
pose aux médias québécois soit la suivante: «Comment survivre avec un auditoire
québécois qui ne se renouvelle pas?».

– 30 –

SOURCE :

Serge-André Guay, président
Parti national du Québec français

TéLéPHONE
(514) 680-1211 (Montréal, Québec, Canada)

ADRESSE POSTALE
Parti national du Québec français,
1620, Van Horne, # 18
Arrondissement Outremont,
Montréal,
Québec.
H2V 1L8

ADRESSE éLECTRONIQUE

serge-andre-guay@videotron.ca

BLOGUE

http://pnqf.blogspot.com/

(Le 12 août 2006)