PROFONDES DIVERGENCES

Profondes divergences sur la place du français au Québec

Les attitudes à l’égard de la diversité linguistique diffèrent des
comportements en situations réelles.

Extraits d’un article publié dans l’hebdomadaire d’information Forum de
l’Université de Montréal

http://www.iforum.umontreal.ca/Forum/2005-2006/20060327/R_etudesEthniques.html

De nouvelles données viennent éclairer les attitudes des francophones et des
anglophones à l’égard de la diversité linguistique et confirment les divergences
de vues des deux communautés sur cette question.

Des attitudes diamétralement opposées…

C’est au chapitre des attitudes à l’égard du fait français que les résultats
sont les plus fortement opposés entre francophones et anglophones. Sur une
échelle de 0 à 10 où 10 équivaut à un accord total avec l’énoncé, le score
global des francophones atteint 8,3 lorsqu’il s’agit d’évaluer «l’importance des
mesures destinées à faire du français la langue de communication publique»; au
même énoncé, le score des anglophones n’est que de 1,9. Les immigrants sont plus
sensibles que les anglophones de souche à la protection du français puisqu’ils y
accordent collectivement une note de 3,5.

Les francophones désapprouvent fortement la possibilité que pourraient avoir
des commerces ou des services publics de ne pas afficher en français puisqu’ils
donnent la note de 2,5 à un tel énoncé. En revanche, les anglophones et les
immigrants sont très favorables à cette perspective: ils lui accordent des notes
respectives de 8,2 et de 7.

Pour prendre connaissance de tout l’article:

http://www.iforum.umontreal.ca/Forum/2005-2006/20060327/R_etudesEthniques.html

(Le 27 mars 2006)