PROCHAIN RECENSEMENT CANADIEN

« Les gens doivent également être conscients que toute réponse multiple à ces
deux questions a un impact sur le calcul final du nombre de francophones au pays
». (Jean-Guy Rioux, président de la FCFA)

Communiqué

La FCFA entreprend une campagne d’information en vue du
recensement

Les francophones doivent s’assurer de bien remplir le
questionnaire

Les réponses au recensement du 16 mai prochain fourniront des données très
importantes sur le nombre et la situation des parlant français au Canada. C’
est pourquoi la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du
Canada et ses associations membres entreprennent une campagne afin de
sensibiliser les francophones à l’importance de prendre le temps de bien remplir
le questionnaire qu’ils recevront.

« Trop souvent, des francophones ne sont pas identifiés comme tels parce
qu’une question a été répondue incorrectement, souligne le président de la FCFA,
Jean-Guy Rioux. Or, il faut se rappeler que les données recueillies lors du
recensement serviront d’outil de référence, autant aux gouvernements et aux
administrations municipales qu’aux chercheurs universitaires. Ce n’est pas un
simple sondage qu’on remplit en deux minutes ».

La plupart des gens recevront la version courte du questionnaire de
recensement, qui comporte une question sur la langue maternelle. Un foyer sur
cinq recevra le questionnaire long, qui comporte, en plus de la question sur la
langue maternelle, des questions sur les langues dans lesquelles la personne
peut converser, la langue parlée à la maison et la langue de travail.

Attention aux informations erronées
La FCFA note par ailleurs qu’un courriel circulant depuis quelques semaines
encourage les francophones à s’identifier comme parlant uniquement le français
afin d’éviter une réduction des services gouvernementaux dans cette langue.
L’information mise de l’avant dans ce courriel est erronée : il n’existe aucun
lien entre la question sur la connaissance des langues officielles et les
obligations gouvernementales en matière de services en français.

« Il est tout à l’honneur des francophones et des francophiles de connaître
les deux langues officielles, souligne Jean-Guy Rioux. L’essentiel, c’est que
les personnes qui ont le français comme langue maternelle l’indiquent
clairement, tout comme ceux et celles qui parlent le français à la maison.
Les gens doivent également être conscients que toute réponse multiple à ces deux
questions a un impact sur le calcul final du nombre de francophones au pays ».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations
francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que
huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle
de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à
l’extérieur du Québec.

– 30 –

Renseignements :Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

(27 avril 2006)