À OTTAWA, CAPITALE CANADIENNE

52 AMBASSADES
ET
114 « EMBASSIES »


9 HAUT-COMMISSARIATS
ET
16 HIGH COMMISSIONS

L’annuaire téléphonique de la région Gatineau-Ottawa de 2005 (section des
pages blanches) contient la liste de 52 ambassades et de 114 « embassies » à
Ottawa. Cela est impossible, diront certains, puisqu’il y a autant d’ambassades
que d’« embassies », les deux mots dési­gnant la même réalité. L’explication
vient de ce que 52 ambassades sont inscrites sous l’appellation « ambas­sade »
et que 114 autres le sont sous l’appellation « embassy ».

états qui ont seulement une « embassy »

Il y a donc 62 états qui ont une « embassy », mais pas d’ambassade. C’est une
décou­verte qu’a faite l’un de nos membres qui cher­chait à joindre l’une de ces
ambas­sades. Il a cherché une ambassade et a trouvé une « embassy ».

Heureusement, nombre d’états, parmi les plus importants, font place au
fran­çais, par exemple l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Saint-Siège, les
états-Unis d’Amérique, le Mexique, le Brésil, le Chili, l’Indonésie, le Japon,
la Chine et d’autres aussi. Par ailleurs, d’autres s’affichent uni­quement en
anglais, par exemple Cuba, le Danemark, la Hollande, le Pérou, la Suède,
l’Argentine, la Turquie, l’Ukraine, la Russie et plusieurs autres. C’est au
moins surprenant.

Tout n’est donc pas négatif parce que plusieurs ambassades s’inscrivent dans
la liste des ambassades, mais plus du double s’ins­crivent dans la liste des «
embassies ». C’est là que le bât blesse. Une telle situation anor­male doit être
corri­gée.

états membres de la Francophonie

Dans le groupe d’états qui s’inscrivent uniquement en anglais, on en trouve
plusieurs qui sont membres de la Francophonie, comme le Liban, la Bulgarie, le
Vietnam, la Suisse, la Roumanie et Madagascar. Il en est de même d’états
asso­ciés à la Francophonie, comme la Grèce et l’Albanie. C’est difficile à
croire, mais c’est vrai.

états du Commonwealth

Nous n’osons qualifier le comportement ci-dessus qui est d’autant plus
scandaleux que les prin­cipaux états membres du Common­wealth bri­tannique sont
inscrits en français aussi bien qu’en anglais. La représentation diplomatique de
ces pays ne porte pas le nom d’ambas­sade vu leur appartenance au
Com­mon­wealth, mais celle de Haut Commissariat. C’est ainsi qu’on trouve
l’Australie, la Grande-Bretagne, l’Inde, le Ghana, le Kenya, l’Afrique du Sud et
l’Ouganda. Voilà un exemple qui devrait convaincre les états de la Francophonie
de faire place à la langue française, au moins dans l’annuaire téléphonique.

Adresses des ambassades en anglais

L’examen de la liste des ambassades per­met de découvrir une autre anomalie.
De nombreux états donnent leur adresse en anglais; plusieurs d’entre eux sont
membres de la Francophonie :

l’Algérie Wilbrod St la France Sussex Dr (Drive)
la Belgique Albert St (Street) le Gabon Range Rd
le Bénin Glebe Ave (Avenue) le Niger Blackburn Ave
le Burkina Faso Range Rd (Road) le Sénégal Marlborough Ave
le Congo Range Rd le Togo Range Rd

Pourtant, les panneaux de signalisation des voies de communication à Ottawa
sont tous en français et en anglais. Alors! Il faut mentionner deux heureuses
excep­tions dans ce groupe, soit le Mali et le Maroc dont l’adresse est en
fran­çais.

Adresses incomplètes

De plus, l’adresse de plusieurs ambassades, tant en français qu’en anglais,
est indiquée d’une façon neutre, nous devrions dire incomplète, puisque le
générique de la voie de communica­tion n’est pas indiqué. On ne sait pas s’il
s’agit d’une rue, comme la rue Wilbrod, d’une prome­nade, comme la pro­menade
Sussex, d’un chemin, comme le chemin Range, ou d’une avenue, comme l’avenue
Stan­ley. Rien ne permet de le deviner. C’est une mention qui devrait aller de
soi.

L’ASULF écrit à tout ce beau monde

L’Association envoie le présent bulletin aux 191 ambassades et
haut-commissariats se trouvant à Ottawa. Elle souhaite que l’ensemble de ces
représentations diplomatiques s’inscrivent à l’avenir dans l’annuaire
téléphonique en français, et non seulement en anglais, et qu’elles indiquent
aussi leur adresse complète en français.

Elle expédie aussi le présent bulletin au ministre des Affaires étrangères et
à la ministre responsable de la Francophonie. Elle leur demande d’intervenir
dans le sens suggéré par notre association.

ASULF
andree.champagne@videotron.ca

Tiré de L’Expression juste, bulletin de l’Association pour le soutien et
l’usage de la langue française (ASULF), XIXe année, 26e bulletin, octobre 2005