MOUVEMENT MONTRÉAL FRANÇAIS

Le Mouvement Montréal français (MMf) lançait aujourd’hui sa campagne «
Une langue à partager ». Cette
campagne comporte une tournée de conférences dans les cégeps et les universités
de la grande région métropolitaine. La campagne sera ponctuée de grands
rassemblements. Le MMf veut assurer la défense et la promotion du français comme
langue publique commune à Montréal.

La région métropolitaine de Montréal comprendra bientôt la moitié de la
population du Québec. Elle accueille plus de 80 % des nouveaux arrivants. La loi
101, bien qu’affaiblie par de nombreux amendements, a amené des progrès
appréciables dans plusieurs secteurs. Néanmoins, ces progrès demeurent
insuffisants pour assurer l’avenir du français au Québec.

Le français est encore loin d’être la langue publique commune au Québec.
L’anglais est toujours très largement utilisé dans les communications «
interlinguistiques ». Selon le recensement de 2001, les travailleurs montréalais
de langue maternelle française ou anglaise utilisent surtout leurs langues
respectives au travail, alors que les allophones sont partagés à peu près
également entre le français et l’anglais comme principale langue de travail.

Sur l’Île de Montréal, la proportion des francophones selon la langue parlée
à la maison est de 56,4 %, soit 5 points de pourcentage de moins qu’en 1986
(61,8 %). Dans le contexte du bilinguisme institutionnel, cette tendance risque
d’affaiblir encore davantage le pouvoir d’attraction du français.

Faire du français la langue publique commune à Montréal c’est :

  • un facteur essentiel de l’inclusion des nouveaux arrivants à la société
    québécoise
  • la condition première pour assurer l’avenir du français au Québec, seul
    état majoritairement francophone des Amériques
  • une contribution majeure à la défense de la diversité culturelle dans la
    mondialisation

les personnes suivantes ont participé à la conférence de presse :

  • Mario Beaulieu, porte-parole du MMf
  • Yves Beauchemin, écrivain
  • Farid Salem, Solidarité Québec Algérie
  • Paul Cairoli, travailleur social
  • Sophie Beaupré, candidate à la maîtrise en philosophie, UQàM
  • Jean Dorion, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal

Le premier rassemblement aura lieu :

le 10 décembre 2006, à 14h
au Théâtre Plaza
6505, rue St-Hubert
métro Beaubien

Source :

Willie Gagnon
Communication – Mouvement Montréal français

williegagnon@montrealfrancais.org

(Montréal, le mardi 5 décembre 2006)