MAURITANUS TIME

— Rajiv ROY

Le British Council qui a produit récemment un rapport sur le niveau de
l’anglais à Maurice vient mettre en évidence ce que tous ceux qui sont au
contact de l’anglais au quotidien constatent, à savoir les difficultés
grandissantes qu’éprouvent nos étudiants à maîtriser cette langue. Il n’y a qu’à
voir le nombre d’élèves qui réussissent le School Certificate avec seulement un
« pass » en anglais ou au contraire qui échouent à cause de ce sujet, pour avoir
une idée de l’ampleur du phénomène. Le sort a voulu que ce soit le British
Council qui produise ce rapport alors que le pays dont il émane porte une part
de responsabilité dans l’avènement de cette situation de par l’absence de
politique déterminante de son pays depuis l’époque coloniale pour asseoir les
assises de l’anglais à Maurice. Espérons donc, qu’en toute justice, il osera
faire l’historique de cette réalité et ne se dérobera pas. Car il faut se
rappeler que depuis la prise de l’Ile en 1810 par les Britanniques, ces derniers
n’ont cessé de battre en retraite sur la question de la place de la langue
anglaise à Maurice.

Quant au British Council, il se désintéressa graduellement du sort de la
langue qu’il était pourtant supposé défendre et fut réduit à sa plus simple
expression pendant des années.

Pour en savoir davantage :

http://www.mauritiustimes.com/220906roy.htm

*******
(Le 23 septembre 2006)