LE VAISSEAU DORT

Pour le peuple français d’Amérique le ciel se fait menaçant.
Dans un monde matérialiste et individualiste, les uns ont été récupérés par le
culte de l’argent, avec abandon de la fibre identitaire, d’autres suivent
aveuglément, de génération en génération, l’étoile pâlissante d’un grand pays, à
l’origine (1867) biculturel,le Canada, devenu multi-culturel, suite à
l’immigration et au réaménagement de la planète, par des guerres avilissantes.
Enfin d’autres, porteurs de la culture française en Amérique, minorisés et
fragmentés suite au manque de courage de s’assumer d’une popu- lation frileuse,
n’ont plus de gouvernail.

L’immigration est souhaitable d’autant plus qu’au rythme de l’obligation de
"produire" pour se dépasser et être reconnus, la fécondité est en chute libre au
Québec, à l’exemple du Japon de l’Italie, de l’Allemagne etc.,civilisations très
évoluées où l’on remet en question l’intégrisme religieux. Oui mais immigration
appelle intégration et respect mutuel.
Jacques Godbout, cinéaste québécois, prévoit l’extinction de la nation
québécoise française vers 2076, si on prend pour acquis que l’intégrisme
religieux, dont le Québec s’etait débarrassé dans les années ’60, reviendra en
force, les immigrants intégrant les populations d’accueil dans un grand "melting
pot" "canadian". Ceux qui pilotent le vaisseau de la francophonie au Québec
pouvaient avoir de solides arguments, dans le passé, pour maintenir dans la peur
de s’assumer une population qui leur faisait confiance, mais la nouvelle donne
mondiale leur fera porter à eux, éditorialistes, hommes d’affaires,
carriéristes, le fardeau de l’obturation prévisible du foyer principal de la
francophonie en Amérique, à moins d’un réveil soudain d’un peuple "chloroformé"
par des dirigeants inconscients.

Guy Blanchard
guimon1@videotron.ca

(Le 28 août 2006)