LA FRANCOPHONIE A-T-ELLE ENCORE UN AVENIR?

Bucarest accueille le 11eme sommet de la francophonie, le magazine français
"l’Express publie un débat entre le Ministre délégué Mme Brigitte Girardin et
Dominique Wolton, directeur de recherche au CNRS .

L’Express pose la question suivante au ministre délégué : " La francophonie
est -elle menacée ? "
Celle-ci répond : "La francophonie se porte bien et je m’inscris en faux contre
les discours pessimistes . Le français n’est pas en perte de vitesse ."

Or le rapport 2006 de la délégation générale aux langues de France (DGLF) sur
la langue française est paru. Il est consultable sur le site de la DGLF. Un
simple coup d’ oeil à la page 88 de ce rapport, dément les propos du ministre
Mme Girardin :

"la place du français au sein de l’Union Européenne connaît un nouveau
recul.
La situation à la Commission Européenne et au Conseil Européen: nouveau et
brutal recul.
le dernier élargissement tend à réduire la place de notre langue. "

Le tableau de la page 89 exprime en pourcentage la langue de rédaction
d’origine des documents .
En 1996 le français est à 38%
En 2004 le français est à 26 %
En 2005 le français est à 16,4%
Soit une chute de 10% en un an …

( à titre comparatif de 1996 à 2005 : l’ anglais est passé de 45% à 68%,
l’allemand lui est déjà lyophilisé : de 5% à 3,8 % )

L’ emploi du français dans les instances internationales est donc bien en
chute libre et en perte de vitesse, contrairement aux propos lénifiants du
ministre délégué. L’anglais deviendra de fait la seule langue de travail en
Europe en peu de temps .

Quant à l’emploi du français, en France, dans le monde du travail, il est de
plus en plus source de conflits.
Il faut saisir maintenant les tribunaux pour avoir le droit au français en
France .. ( cf page 33 du rapport ) –
( N/B : l ‘entreprise condamnée à utiliser le français en France va saisir la
Cour de Cassation … affaire à suivre )
Il faut intervenir contre les offres d’emploi : réservées de fait, à compétence
égale , à ceux dont la langue maternelle est l’anglais .

Autre exemple sur la place du français : la langue juridique . Le 31 octobre
à Vienne ( Autriche) se tient le congrès de la nouvelle confédération mondiale
internationale du syndicalisme . L’article 39 des nouveaux statuts ne retient
que l’anglais comme langue faisant foi devant les tribunaux .. Si le français n
‘est plus plus retenu comme langue faisant foi . C’est aussi la conception du
droit écrit qui sera éliminé au seul profit du droit coutumier dont la langue
d’expression est l’anglais!
Quant au Ministre de la Justice M. Pascal Clément – selon le journal le Monde du
29 sept 06 – il demande au tribunal de la Haye de réserver une place à langue
française . Le transfert en France du serbe M Milomir Stakic, condamné par le
tribunal de La Haye, est suspendu à une traduction du jugement… en français.

Un ministre nous chante que tout va bien. Un autre réalise qu’il doit
quémander une place pour le français au Tribunal Pénal Internationnal la Haye.
Le hasard du calendrier nous offre un arrêt sur image remarquable : tandis que
s’ouvre en grande pompe le sommet de la franco-aphonie un ministre
s’enthousiasme, l’autre se heurte comme nombre d’entre nous au retrait touche
aprés touche du français.

Jean-Loup Cuisiniez
Délégué syndical CFTC

Jean Loup Cuisiniez
Délégué CFTC
Francophonie et diversité linguistique
jln.cuisiniez@wanadoo.fr 

(Le 28 septembre 2006)